Home / Page d'accueil  / Actualités générales  / Industrie des produits de la mer au Vietnam : plus de 70 % des usines fermées

Industrie des produits de la mer au Vietnam : plus de 70 % des usines fermées

Selon l'Association vietnamienne des exportateurs et producteurs de fruits de mer (VASEP) qui compte 270 entreprises membres, concentrées principalement dans le delta du Mékong et les provinces du centre-sud, avec la directive du gouvernement comme

Selon l’Association vietnamienne des exportateurs et producteurs de fruits de mer (VASEP) qui compte 270 entreprises membres, concentrées principalement dans le delta du Mékong et les provinces du centre-sud, avec la directive du gouvernement comme quoi une entreprise ne puisse maintenir son activité que lorsqu’elle garantisse les conditions de « 3 sur site » (repas, hébergement, production sur place) ou « 1 itinéraire – 2 emplacements » (1 seul itinéraire de transport en commun entre les lieux de résidence et le lieu de production) pour éviter la propagation du virus dans les usines et les parcs industriels.

Cependant, en réalité, de nombreuses difficultés et insuffisances sont apparues, qui affectent grandement la prévention et le contrôle de l’épidémie ainsi que les efforts pour maintenir la production et l’exportation.

Concrètement, à l’heure actuelle, seulement environ 30 % des entreprises de produits de la mer dans les provinces du sud sont aptes à assurer les conditions du « 3 sur site ».

D’autres entreprises, faute de pouvoir mettre en œuvre ce système ont dû arrêter la production, entraînant un certain nombre de conséquences telles que la dette aux banques et fournisseurs, la perte de clients, et le risque de ne pouvoir réembaucher les ouvriers ultérieurement. Ce pourcentage est de 70%.

Avec des usines toujours en activité, le nombre de travailleurs mobilisables n’est que de 30 à 50 %, le reste est en chômage technique.

Alors que la production a été réduite, de nombreuses commandes ont été suspendues ou perdues, parallèlement, les coûts pour les entreprises d’assurer le système de « 3 sur site » ont grimpé en flèche et créent une forte pression financière comme les coûts des tests anti-Covid hebdomadaires ; les dépenses pour l’hébergement et le travail sur place à l’usine ont augmenté de 50 à 100 % avec le coût du paiement des salaires supplémentaires (+ 30 à 50 %), le coût de l’emballage – matériaux auxiliaires, le coût de l’électricité pour produire et entretenir les entrepôts frigorifiques ; les frais de transport (x 2-3 à 10 fois).

« A partir de mi-juillet 2021, la production et l’exportation de fruits de mer ont considérablement diminué, de 20 % par rapport aux 6 premiers mois de l’année. On estime que la capacité des usines de transformation des produits de la mer dans toute la région diminuera de 60 – 70%. » 

Selon le VASEP, la mise en œuvre du « 3 sur site » n’est qu’une mesure temporaire dans un court laps de temps, et ne peut durer que de 2 à 3 semaines pour les moyennes entreprises, de 4 à 5 semaines maximum pour les grandes entreprises en raison du surplus de dépenses. 

« En nous concentrant sur la vaccination rapide des travailleurs des usines de transformation des produits de la mer, nous allons à la fois conserver le marché à l’exportation et maintenir la production et les emplois pour de nombreux travailleurs » a déclaré VASEP.

dienhai.nguyen@free.fr

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT