Home / Page d'accueil  / Agent Orange  / Revue de presse Agent orange / Juin 2021

Revue de presse Agent orange / Juin 2021

Sélectionnée par Francis Gendreau 22/06/2021 In Vietnam, Monsanto is guilty until proven innocent Chemical giant has never compensated victims of Agent Orange Dien Luong, a Vietnamese journalist who has covered the issue of Agent Orange for over a decade.

Sélectionnée par Francis Gendreau

22/06/2021

In Vietnam, Monsanto is guilty until proven innocent

Chemical giant has never compensated victims of Agent Orange

Dien Luong, a Vietnamese journalist who has covered the issue of Agent Orange for over a decade. Opinions expressed here are his own.

For nearly half a century, Vietnamese victims of Agent Orange have been fighting a losing battle against multinationals that manufactured the toxic defoliant. Their plights have been ignored, their lawsuits dismissed and their voices drowned out.

That David-and-Goliath struggle came to the fore again last month when a French court rejected a lawsuit by a Vietnamese-French woman against 14 chemical manufacturers that produced and sold Agent Orange. Sixty years ago this August, the U.S. Air Force began spraying some 12 million gallons (45 million liters) of the herbicide, containing highly toxic dioxins, over a large portion of southern Vietnam.

The plaintiff, Tran To Nga, who is now 79, first filed the lawsuit in 2014 seeking damages from several companies including U.S. Monsanto acquired by Germany’s Bayer in 2018 and Dow Inc.

After the French court ruled that it did not have jurisdiction to judge a case involving the U.S. government’s wartime actions, Nga told the media that despite her disappointment, she would appeal. In response to the court’s decision, Bayer/Monsanto reiterated its default position that « wartime contractors… are not responsible for the alleged damage claims associated with the government’s use of such product during wartime. »

It would be unrealistic to expect Western media to strike a more sympathetic tone toward Nga. Still, the somewhat formulaic approach of « covering both sides of the story » without proper context risks oversimplifying the history of Agent Orange and Vietnam’s perplexing relationship with Monsanto. It also risks overlooking what remains the most salient issue between the U.S. and Vietnam since the normalization of relations in 1995.

Despite Monsanto’s repeated denials of its responsibility for Agent Orange, one public document after the next have disproved this well-worn defense argument. According to the Poison Papers, a public data trove that contains over 20,000 files about the chemical industry, although Monsanto and other manufacturers of Agent Orange knew about the dangers it posed to humans, they concealed this information before supplying it to the U.S. government.

And even though Nga’s lawsuit was rejected, it still carries a message for Washington: The wounds inflicted by Agent Orange in Vietnam — the very country it is courting as a buffer against China — have not healed yet. Yes, the U.S. government has so far allocated around $400 million to clean up hot spots and help Vietnamese victims with disabilities in areas heavily sprayed with Agent Orange, but it also stressed that such assistance was « regardless of cause. »

Tran To Nga gives a press conference in Paris on May 11, a day after she failed in her bid to sue Monsanto: it still carries a message for Washington.   © Sipa/AP

A stark reality has set in. While the U.S. acknowledges a number of conditions and diseases that are presumed to have been caused by exposure to Agent Orange in its own veterans, and has compensated them accordingly, it has refused to do so for the Vietnamese who were on the receiving end of the spraying.

In late May, Rep. Barbara Lee of California introduced a bill seeking to provide financial aid for Vietnamese victims and further help with the cleanup of Agent Orange-contaminated areas. But one of the bill’s other aims — to expand research on Agent Orange and its effects on the health of exposed individuals — could ironically sidetrack the flow of the much-needed financial aid.

Past U.S. administrations have dawdled on conducting any across-the-board joint study on the true extent of the health effects of Agent Orange, blaming Vietnam for stalling progress. Such finger-pointing is anything but helpful, because time is running out for Vietnamese victims.

As the U.S. government has launched cleanup campaigns at two former air bases where Agent Orange was transported and stored during the Vietnam War, its aid should keep going directly toward ridding the environment of the toxic defoliant and supporting the victims. It is also time Vietnam obliged Monsanto — even in the post-Bayer acquisition era — to steer its profits toward contributing to the cost of the cleanup.

Monsanto has consistently maintained that the company today is completely separated from the version of Monsanto that manufactured Agent Orange, stating that its core business is now focused on agriculture. But the problem here is that Monsanto’s present and future are very much tethered to its chemical past.

Monsanto’s Roundup weed killing products, pictured in Chicago in May 2019.   © Getty Images

There is no better exemplar of this conundrum than Monsanto’s flagship product, the glyphosate-based herbicide Roundup. Monsanto recommends using Roundup — the world’s most heavily used weed killer — with its genetically modified seeds, and has successfully marketed both products in Vietnam since the mid-2010s.

Until, that is, Roundup became the target of a spate of U.S. lawsuits alleging that exposure to glyphosate causes cancer, with Vietnam banning the further import of glyphosate-based herbicides in 2019.

Vietnam has every reason to be skeptical about what Monsanto has to say about glyphosate. Vietnamese authorities should also stop burnishing the Monsanto brand, such as when they twice honored it as a « sustainable company » prior to its 2018 acquisition.

To the victims of Agent Orange who keep fighting for justice and many other Vietnamese, given the company’s dark past and controversial present, Monsanto is guilty until proven innocent.

24/06/2021
https://fr.vietnamplus.vn

La VAVA se prépare à commémorer la Journée de l’agent orange

L’Association des victimes de l’agent orange/dioxine du Vietnam (VAVA) a prévu le 24 juin d’organiser une série d’activités commémorant le 60e anniversaire de la Journée de l’agent orange (10 août).

Hanoi (VNA) – Le Comité central de l’Association des victimes de l’agent orange/dioxine du Vietnam (VAVA) a prévu jeudi 24 juin d’organiser une série d’activités commémorant le 60e anniversaire de la Journée de l’agent orange (10 août).

Le président de la VAVA, Nguyên Van Rinh, a déclaré à la presse que les temps forts à Hanoi seront le 4e congrès «Pour les victimes de l’agent orange», un symposium international sur les maladies et pathologies liées à l’agent orange et un meeting commémorant 60 ans du fléau de l’agent orange.

La VAVA collabore avec les secteurs, ministères et localités pour organiser d’autres activités commémoratives, notamment une exposition, une cérémonie de remise des prix du premier concours d’écriture sur le désastre sanitaire et écologique et les efforts de règlement des séquelles des produits toxiques déversés par les troupes américaines pendant la guerre du Vietnam, et un programme d’envoi de SMS intitulé «Agir ensemble pour adoucir la douleur de l’agent orange».

De 1961 à 1971, l’armée américaine a déversé 80 millions de litres de défoliants au Vietnam, lesquels contenaient près de 400 kg de dioxine, l’un des produits toxiques les plus puissants, qui perturbe les fonctions hormonales, immunitaires et reproductives de l’organisme.

Plus de 4,8 millions de Vietnamiens ont été directement exposés aux herbicides, dont 3 millions en subissent encore les séquelles. Aujourd’hui arrive la quatrième génération et les dégâts sanitaires sont toujours là, catastrophiques. –VNA

26/06/21
https://www.bruxelles.marketing

Les États-Unis se préparent au plus grand nettoyage de l’Agent Orange au Vietnam

Par Reuters

Le secrétaire américain à la Défense Jim Mattis est guidé par le commandant adjoint de l’armée de l’air vietnamienne, le général Bui Anh Chung lors de sa visite à la base aérienne de Bien Hoa, où l’armée américaine a stocké le défoliant Agent Orange pendant la guerre du Vietnam, dans la ville de Bien Hoa.

Le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, a visité mercredi une ancienne base aérienne américaine dans le sud du Vietnam qui deviendra bientôt le plus grand site de nettoyage des États-Unis pour la contamination laissée par le défoliant Agent Orange pendant la guerre du Vietnam. Debout près d’un panneau d’avertissement en forme de crâne et d’os croisés destiné à éloigner les gens des sols toxiques, Mattis a été informé par des responsables vietnamiens de la zone de contamination massive. Dans un signe possible de la sensibilité entourant l’agent orange au Vietnam, où des millions de personnes souffrent encore de ses effets, les journalistes n’ont pas été autorisés à assister au briefing en plein air de Mattis à la base aérienne de Bien Hoa. « Je suis venu montrer le soutien du ministère de la Défense à ce projet et démontrer que les États-Unis tiennent leurs promesses », a déclaré Mattis à son homologue vietnamien lors d’une réunion à huis clos plus tard dans la ville voisine de Ho Chi Minh-Ville. Le nettoyage devrait commencer au début de l’année prochaine.

Les troupes américaines ont largué l’agent orange pendant la guerre du Vietnam pour dégager une jungle épaisse. Mais cela a contribué à de graves problèmes de santé qui, selon le département américain des Anciens Combattants, peuvent inclure la maladie de Parkinson, le cancer de la prostate et la leucémie chronique à cellules B. Sur les 4,8 millions de Vietnamiens exposés à l’agent orange, quelque trois millions en subissent toujours les effets, y compris des enfants nés avec de graves handicaps ou d’autres problèmes de santé des années après que leurs parents ont été exposés, selon l’Association vietnamienne des victimes de Agent orange.

RÉCHAUFFEMENT DES RELATIONS

Plus de quatre décennies après la fin de la guerre du Vietnam en 1975, les liens entre les États-Unis et le Vietnam sont moins vus à travers le prisme du conflit qu’à travers des préoccupations partagées sur la Chine. Le Vietnam est devenu l’adversaire le plus virulent des revendications territoriales de la Chine dans la mer de Chine méridionale et a acheté du matériel militaire américain, y compris un garde-côte armé de classe Hamilton. Les États-Unis, à leur tour, accusent la Chine de militariser la voie navigable stratégique, par laquelle transitent plus de 3 000 milliards de dollars de marchandises chaque année, et considèrent le Vietnam comme un allié crucial pour attirer l’opposition régionale au comportement de Pékin. Mais les responsables américains, dont Mattis – qui en est à son deuxième voyage au Vietnam cette année seulement – espèrent qu’aborder l’héritage de guerre de l’Amérique comme l’agent Orange peut devenir un véhicule pour renforcer davantage les liens. Lorsqu’un porte-avions américain s’est rendu au Vietnam en mars, par exemple, l’un des endroits visités par les marins américains était un refuge vietnamien pour les personnes souffrant des effets de l’agent orange.

Les États-Unis viennent de terminer un programme de 110 millions de dollars sur cinq ans visant à nettoyer les sols contaminés par l’agent orange à l’aéroport international de Danang, qui était l’une des principales bases aériennes utilisées pour stocker et pulvériser l’herbicide entre 1961 et 1971. L’Agence pour le développement international, qui supervise le projet, a déclaré que le site de Bien Hoa sera quatre fois plus grand que Danang, une entreprise massive qui devrait coûter 390 millions de dollars, selon une fiche d’information distribuée aux journalistes. Selon le Service de recherche du Congrès américain (CRS), un échantillon de sol de Bien Hoa avait une « équivalence toxique », ou TEQ, de plus de 1 000 fois supérieure à la limite internationale. Une étude de 2011 menée par une société de conseil privée a déterminé que le sol contaminé s’était propagé des points chauds de la base vers les lacs, les étangs, les ruisseaux et les fossés de drainage à proximité, augmentant la quantité de sol et de sédiments à traiter. « Les impacts sur la communauté sont très difficiles à mesurer. La dioxine a des impacts (sur la santé) à de très faibles concentrations et ils ne sont pas vraiment cohérents », a déclaré l’un des responsables de l’US AID, s’exprimant sous couvert d’anonymat.

dienhai.nguyen@free.fr

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT