Home / Page d'accueil  / Actualités générales  / Guerre chimique au Vietnam : « J’ai été consterné par l’ampleur de leurs mensonges ».

Guerre chimique au Vietnam : « J’ai été consterné par l’ampleur de leurs mensonges ».

https://www.woz.ch Par Peter Jaeggi En mai, des années de procédures judiciaires contre les entreprises qui fabriquaient le défoliant Agent Orange se sont terminées à Évry près de Paris par un verdict scandaleux. Mais la plaignante Tran To

https://www.woz.ch

Par Peter Jaeggi

En mai, des années de procédures judiciaires contre les entreprises qui fabriquaient le défoliant Agent Orange se sont terminées à Évry près de Paris par un verdict scandaleux. Mais la plaignante Tran To Nga ne baisse pas les bras.

Genèse

Tran To Nga, seule contre tous – Society Magazine

Seule la cathédrale en brique de Mario Botta défie la tristesse de la banlieue parisienne d’Évry. Tran To Nga, franco-vietnamienne de 79 ans, vit ici, dans un petit appartement d’un gigantesque immeuble. En tant que plaignante contre quatorze entreprises chimiques qui ont fabriqué l’Agent Orange hautement toxique, elle est entrée dans l’histoire du monde juridique.

Le procès devant le tribunal de grande instance d’Évry s’éternise pendant six ans. Les initiés voient la raison de ce marathon dans une justice française désespérément sous-financée et la tactique du contre-avocat : Tran To Nga est malade – il est fort possible qu’elle ne survivra pas à la durée de l’éventuel procès en appel.

Dans l’arrêt du 10 mai 2021, le tribunal écarte tous les principaux arguments de l’accusation et affirme que les entreprises mises en cause bénéficient de « l’immunité judiciaire ». Tran To Nga soupçonne que le verdict était aussi politiquement motivé : « Les relations entre les États-Unis et la France se sont améliorées ; donc je pense que l’Amérique ne devrait pas être trop blâmée. »

Tran To Nga est venue en France en 1992 et a créé une petite agence de voyage à Paris pour renforcer son action caritative privée pour les victimes démunies de l’Agent Orange. Elle est entrée en contact avec le poison pour la première fois en 1966 dans la région de Cu Chi, un bastion clandestin de la résistance près d’une base américaine près de Saigon. Pour se protéger des projectiles et obus, entre 1963 et 1968, les habitants avaient creusé un système de tunnels d’une quarantaine de kilomètres de long, de trois étages et d’une profondeur de huit mètres. Les États-Unis et leurs alliés ont continué à pulvériser des herbicides autour de la base. 

« Toute la zone a été défoliée. Cela ressemblait à un désert », se souvient Tran To Nga. Lorsqu’elle a entendu pour la première fois les moteurs d’un avion volant à basse altitude à Cu Chi, elle a rampé hors de son bunker. « Puis j’ai vu un nuage blanc flotter au sol derrière l’avion et un liquide un peu gluant a collé sur mon corps. » D’autres témoins oculaires rapportent des « pluies chimiques » et comment les arbres morts ont été aspergés de poudre d’essence (napalm) et incendiés avec des roquettes. 

agent orange, vietnam, monsanto, sud vietnam, expat, expatrié, français,  francophone | lepetitjournal.com

À l’époque, Tran To Nga ne savait pas que le nuage qu’elle observait était hautement toxique. Même plus tard, elle continue d’entrer en contact avec le poison. « Lors de mes missions dans les forêts, nous traversions à gué des marécages remplis de feuilles mortes pulvérisées. » Ce n’est qu’après la fin de la guerre en 1975, après que les soldats sont retournés dans leurs villages, ont fondé des familles et que de nombreux enfants sont nés avec des difformités, que l’ampleur de la catastrophe est mise à jour.

Après avoir terminé ses études de chimie à Hanoï, Tran To Nga rejoint la résistance. Pendant quatre mois, elle a parcouru plus de mille kilomètres le long de la piste Ho Chi Minh jusqu’à ce qu’elle atteigne le siège du Front de libération nationale à Saigon. « Nous n’emportions que l’essentiel avec nous. Quelques vêtements, une tente faite à la main. Un kilo de lait en poudre, un kilo de sel et plusieurs kilos de riz, qu’on enveloppait dans une bandoulière en tissu et qu’on attachait autour du ventre. Avant le départ, nous nous sommes entraînés sur des distances de plus en plus longues avec des briques dans nos sacs à dos. Il fallait toujours s’attendre au pire. » 

Changement de décor 

Un portail en fer ouvert, une allée d’arbres, derrière une propriété de plain-pied avec un verger. André Bouny vit ici dans la paisible ville de Saint-Jean-Lespinasse dans la région française d’Occitanie.

L’écrivain et peintre traite avec l’Agent Orange depuis des décennies. En France, il a publié son livre « Agent Orange. Apocalypse Viêt Nam » en tant qu’expert dans ce domaine. C’est également Bouny qui a motivé Tran To Nga à attaquer en justice les sociétés productrices de l’Agent Orange il y a douze ans. Au début, elle est un peu réticente car à cette époque, elle a déjà 67 ans. « Au Vietnam, c’est très ancien, et j’étais satisfaite de ma vie et de mon travail humanitaire », dit-elle. « Cependant, André et des amis vietnamiens ont persisté et ont déclaré que personne d’autre ne pouvait intenter cette action en justice. » 

Bouny réunit Tran To Nga avec l’avocat William Bourdon, qui a également mis un dirigeant africain derrière les barreaux, défendu des prisonniers français de Guantanamo et conseillé François Hollande, futur président français. À l’origine, Bourdon et son équipe, qui travaillent encore volontairement pour le procès à ce jour, ne cherchaient pas un procès civil mais un procès pénal et espéraient que Hollande initierait un changement dans la loi judiciaire française. Car pendant les préparatifs il y avait encore une disposition qui aurait pu empêcher un procès. « Si un gouvernement estime qu’une procédure pénale contre un autre pays pourrait nuire à son propre État », explique Bouny, « il peut empêcher le procès ». Cependant, du temps du président Nicolas Sarkozy, cette loi n’a pas été abrogée, ne laissant que la procédure civile. A l’origine, 26 entreprises qui avaient produit l’Agent Orange devaient être mises en cause – il en restait finalement 14. Selon Bouny, de nombreuses entreprises ont disparu au cours des dernières décennies ou ont brouillé les pistes avec des changements de noms et des fusions si bien qu’il était impossible d’effectuer un travail de détective pour les identifier et les inculper. 

Tran To Nga a payé cher le contact involontaire avec l’Agent Orange contenant de la dioxine. Elle souffre de diabète de type 2, d’une maladie sanguine rare et d’un déficit immunitaire qui font partie de la cinquantaine de maladies que les États-Unis associent à l’Agent Orange et pour lesquels les vétérans américains reçoivent une indemnisation et des soins médicaux gratuits. 

Cependant, Tran To Nga n’a découvert qu’en 2011 que sa souffrance était liée à l’Agent Orange, lorsque Bouny l’a motivée à faire tester son sang pour la dioxine dans un laboratoire allemand spécialisé. Les résultats trouvés ont servi de base au procès civil et à la demande de dommages-intérêts de plusieurs centaines de milliers d’euros. Tran To Nga souligne qu’il n’a jamais été question d’argent, mais c’est pour toutes les victimes de l’Agent Orange. C’est pourquoi elle a rejeté un règlement à l’amiable. 

Symptômes étranges 

« Notre joie à la naissance de notre premier enfant, une fille, était indescriptible », a déclaré l’ancien mari de Tran To Nga, cité dans les documents judiciaires. La fille est née en 1969 dans la jungle sur la piste Ho Chi Minh. « Avant d’avoir 12 mois, elle a développé des symptômes étranges. Sa peau est devenue violette et elle avait des problèmes respiratoires », raconte le père. A l’âge de dix-sept mois, la petite Viet-Hai meurt d’une grave malformation cardiaque. En 1971, Tran To Nga donne naissance à sa deuxième fille dans la prison centrale du régime sud-vietnamien. L’enfant a une malformation de la colonne vertébrale, la même maladie du sang incurable que sa mère et des problèmes respiratoires. 

Agent orange/dioxine : une tragédie qui perdure depuis 60 ans | Société |  Vietnam+ (VietnamPlus)

Aujourd’hui, des enfants de quatrième génération naissent avec des malformations dans des familles dont les parents ont contracté le poison. 

Certes, elle peut comprendre que les avocats des entreprises doivent défendre leurs riches clients à tout prix, dit Tran To Nga. « Cependant, j’ai été scandalisé par l’ampleur de leurs mensonges et leur agressivité. » Un avocat l’a accusée que les histoires de l’Agent Orange étaient des mensonges et que le produit dispersé par l’avion qu’elle avait vu à l’époque n’était même pas tombé au sol – ses maux étaient plutôt liés à l’âge. « Je me suis reproché la mort de ma fille. Après tout, je lui avais transmis les maladies », explique Tran To Nga. Une autre allégation l’a frappée d’autant plus douloureusement : son premier enfant est mort non pas à cause de l’Agent Orange, mais de malnutrition. 

André Bouny accuse le tribunal de n’avoir pas retenu des dossiers importants : des montagnes de documents d’un procès new-yorkais de l’Agent Orange en 2004 qui avaient été divulgués au cabinet d’avocats de Bourdon et qui prouveraient que les sociétés accusées n’avaient pas droit à l’immunité. « C’est la principale raison de notre candidature au procès », déclare Bouny. Le tribunal d’Évry estime que les entreprises soutiennent que la loi martiale américaine les a obligées à fournir l’herbicide sous peine de sanctions sévères. « Ce n’est pas vrai », dit Bouny. « Par conséquent, notre demande la plus importante dans un appel sera de lever l’immunité. » Les sociétés mises en cause ont désormais jusqu’au 6 décembre 2022 pour présenter leur défense écrite devant la plus haute cour d’appel de France. 

Les juges d’Évry ont également justifié leur verdict en affirmant que la loi martiale américaine obligeait les entreprises à défendre leur pays. Ce n’est pas vrai non plus, dit Bouny. « Le Vietnam n’a jamais attaqué le territoire américain. Au contraire, les États-Unis ont attaqué le Vietnam. » Autre point qui a été supprimé : « L’armée a commandé l’Agent Orange – mais bien sûr pas avec la dioxine TCDD qu’il contenait, qui est considérée comme la substance la plus toxique jamais produite par l’homme. TCDD est un ingrédient indésirable dans l’industrie. Mais il est généré lorsque la production tourne trop vite (pour gagner le plus d’argent possible). Les entreprises ont su et peuvent produire cet herbicide sans TCDD : à plus basse température et avec une production plus lente. 

Le raisonnement d’Évry pour le jugement indique également qu’on ne savait pas à l’époque que l’Agent Orange avait fait du mal à des personnes. Bouny n’est pas d’accord : « Bien sûr, l’armée savait depuis le début que c’était toxique. Le procès d’appel devrait maintenant réfuter le « conte de fées » du fait de l’ignorance. Avec des faits comme ceux-ci :

• Les ingénieurs chimistes de l’armée américaine connaissent la toxicité de la dioxine depuis au moins le début de 1961, l’année où l’Agent Orange a été déployé pour la première fois. En témoignent les déclarations de James Cleary, autrefois spécialiste des armes chimiques pour l’armée.

• Le « New York Times » du 5 mai 1983 cite une lettre d’un directeur de Dow Chemical en 1965 : « La dioxine est extrêmement toxique. Il a un potentiel énorme pour provoquer la chloracné. (…) En aucun cas, cette lettre ne peut être copiée, montrée à d’autres ou envoyée à quiconque en dehors de Dow. »

• En 1967, environ 5 000 scientifiques, dont 17 lauréats du prix Nobel, demandent l’arrêt de l’utilisation de l’Agent Orange au Vietnam. Elle n’est prise en compte qu’en 1971. 

Peut-être que 1 100 boîtes stockées dans le « Vietnam Center » de la Texas Tech University apporteront enfin de la clarté. Le centre possède la collection d’informations la plus complète sur la guerre au Vietnam. Un programme de recherche de trois ans devrait apporter la percée. 

L’héritage politique de la mère 

Le certificat de la Légion d’honneur française, qui reconnaît son engagement envers les victimes de l’Agent Orange, est accroché dans le salon de Tran To Nga à Évry. La pièce est éclipsée par un portrait en noir et blanc d’une jeune femme vietnamienne. Une photo d’enfance de sa mère Nguyen Thi Tu, dont Tran To Nga parle un peu comme une sainte. Elle doit tout à celle qui a été présidente de « l’Union des femmes pour la libération du Sud-Vietnam » à Saigon. Tran To Nga la décrit comme une bienfaitrice pour les pauvres et comme une combattante de la résistance – d’abord contre la puissance coloniale française, plus tard contre les États-Unis. Elle se souvient de l’avoir emmenée dans des orphelinats et des familles pauvres lorsqu’elle était enfant, raconte Tran To Nga.

La guerre civile entre le Nord et le Sud Vietnam a causé d’immenses dégâts, principalement au détriment de la population pauvre. En tant que dirigeante de l’Union des femmes de Saigon, la mère a appelé à l’aide dans tout le Sud-Vietnam, ce qui lui a valu une peine de prison. « Un jour, quand j’avais huit ans, ma mère m’a donné un morceau de papier enroulé », se souvient Tran To Nga. « Avec ce papier, elle m’a envoyé chez des amis. Elle m’a conseillé de n’en parler à personne. Sinon maman ira en prison. » C’est la première mission de Tran To Nga en tant que porteur de messages secrets de la résistance. Elle devient plus tard une employée de l’agence de presse du Front de libération du Nord-Vietnam et ensuite elle sert de liaison entre le Front de libération et les membres du gouvernement sud-vietnamien qui étaient secrètement du côté de la résistance. 

En août 1974, huit mois avant la fin de la guerre, Tran To Nga est arrêté à Saigon, aujourd’hui Hô Chi Minh-Ville. Elle est enceinte de trois mois de sa troisième fille. Néanmoins, elle est torturée. « Ils m’ont frappé à la tête et aux jambes avec une matraque toute la nuit. Quand j’ai été suspendue par les bras, je me suis dit : à un moment donné, il faut que ça s’arrête. Je ne me souviens pas combien d’heures j’y étais. » Mais les deux bourreaux n’arrivent pas à lui arracher les noms de collaborateurs. À la fin, ils disent à Tran To Nga de bouger les bras car sinon ils pourraient rester paralysés. « Je n’ai pas pu le faire ; puis ils m’ont pris les bras et les ont fait des mouvements jusqu’à ce que le sang circule à nouveau. »

Sa mère s’en est tirée encore plus mal. Dans la tristement célèbre prison de l’île de Phu Quoc, des témoins oculaires ont rapporté plus tard qu’elle a été placée dans un petit cachot en ciment, battue et exposée au soleil tropical pendant des heures jusqu’à ce qu’elle s’évanouisse. Dans une autre prison, elle a été attachée à un poteau et torturée avec des décharges électriques. En janvier 1967, les forces américaines ont mené la plus grande « opération de nettoyage de toute la campagne du Vietnam » dans le « Triangle de fer » non loin de Saigon. « Rechercher et détruire » est l’ordre qui revient sans cesse dans cette guerre. Une frénésie meurtrière qui touche également d’innombrables civils. « Le dernier jour de cette opération, le 28 janvier 1967, raconte Tran To Nga, ma mère est tombée aux mains de l’ennemi. Je l’ai cherchée dans toutes les prisons ; mais elle était introuvable. » Pendant trente ans, elle a recherché la dépouille de sa mère. « Grâce à un médium, je l’ai finalement trouvée : le squelette assis bien droit et le crâne à seulement huit pouces sous la surface. Ma mère a été enterrée vivante. » C’est ce que des témoins survivants lui avaient dit. 

Dans les années 1990, Tran To Nga a d’abord rendu visite aux familles des victimes de l’Agent Orange au Vietnam. « Bien que j’aie enterré mes camarades de mes propres mains pendant la guerre, c’était la première fois que je vivais de si près la souffrance humaine. » Dans la province de Thai Binh, elle a rencontré une personne aux bras, mains et pieds tordus. Il avait une bosse devant et derrière et pouvait à peine parler. « J’ai vu un enfant, mais il avait déjà trente ans. J’ai dû pleurer. Puis il a essuyé mes larmes avec ses doigts atrophiés et a dit : « Maman, ne pleure pas, je vais bien. » Cette scène m’a accompagné dans ma vie depuis. » 

Citation du verdict d’Évry : « Mme Tran To Nga ne démontre aucun lien de causalité entre l’exposition à l’Agent Orange et les maladies dont elle a souffert. » Le mantra du gouvernement américain et des entreprises manufacturières depuis le début. « Le rejet américain de toute culpabilité depuis la fin de la guerre en 1975 est comme une amnésie sélective », dit André Bouny. Il ne faut pas oublier que les USA ont propagé l’idée de leur retrait du Vietnam comme une fin « avec tout le respect que je leur dois ». « Les crimes ont donc été balayés sous le tapis et nous avons adopté cette amnésie. » Mais il ne devrait tout simplement pas être vrai lorsque des entreprises comme Dow Chemical, Monsanto alias Bayer AG et d’autres prétendent qu’elles sont innocentes et en même temps indemnisent les personnes touchées par l’Agent Orange. En fait, les entreprises chimiques ont déjà payé des centaines de millions de dollars à l’amiable aux vétérans américains – toujours avec la note explicite qu’il ne s’agit pas d’un aveu de culpabilité. De plus, l’État américain indemnise également les vétérans qui sont restés dans les zones de l’Agent Orange. Bouny y voit « une forme indéniable de reconnaissance de culpabilité ». 

https://charliehebdo.fr/wp-content/uploads/2021/02/1489-10-riss-avocatsagentorange.jpg?x59123

Espérance en la jeunesse 

On ne sait pas encore quand et si le procès en appel commencera. Les juges de Paris attendent désormais les réponses des sociétés mises en cause. Dès la fin du procès – quel qu’en soit le verdict final – Tran To Nga veut retourner dans son pays d’origine : « Je veux être enterrée au Vietnam, dit-elle, pour pouvoir être auprès de mes descendants ». Au Vietnam, les âmes des morts sont omniprésentes, dans la culture ancestrale, elles construisent des ponts de ce monde à l’autre. Et ce n’est qu’après l’enterrement des morts que de nombreuses familles peuvent enfin trouver la paix.  

Mais que se serait-il passé si les contre-avocats avaient apparemment déjà espéré dans le procès d’Évry ? Et si Tran To Nga ne survivait pas au procès ? Théoriquement, leurs enfants, eux aussi touchés par la dioxine, pourraient poursuivre le processus. Mais Tran To Nga éloigne cette éventualité. « Mes deux filles n’ont pas de passeport français. Si je disparaissais, le processus disparaîtrait aussi. » Quoi qu’il en soit, le long voyage n’a pas été vain. Il y a maintenant des centaines de milliers de personnes qui lui donnent le sentiment qu’elle n’est pas seule. « Si je ne vais pas jusqu’au bout du procès, toute une armée de jeunes à travers le monde poursuivra mon combat. Car un autre combat a commencé : le combat contre l’écocide. 

Des millions de victimes 

Le 10 août 1961, les États-Unis ont utilisé des herbicides pour la première fois au Vietnam, dans les forêts de la province méridionale de Dak To. Certains de ces herbicides, y compris l’Agent Orange, contenaient la plus toxique de toutes les dioxines connues, qui sont devenues notoires sous le nom de « poison Seveso » : la 2,3,7,8-tétrachlorodibenzo-p-dioxine (TCDD). Les nombres 2,3,7,8 indiquent la position des atomes de chlore dans la molécule. Les dioxines sont des composés très persistants. Leur dangerosité repose donc surtout sur leurs effets à long terme, puisqu’ils s’accumulent dans les tissus adipeux des humains et des animaux, se dégradent difficilement dans le sol et pénètrent dans la chaîne alimentaire. La TCDD et de nombreuses autres dioxines sont formées en tant que sous-produits ou contaminants dans les processus de fabrication et d’incinération chimiques (par négligence).

Il n’y a pas de chiffres exacts sur les victimes de l’Agent Orange. Selon la source, entre deux et cinq millions de personnes sont mortes des suites de ce poison au Vietnam, au Laos et au Cambodge. Selon un rapport de 2019 de l’Université de Yale, le Vietnam compte un million d’handicapés liés aux herbicides. Les victimes comprennent également environ 2,4 à 2,8 millions de citoyens américains, dont, selon les associations d’anciens combattants, environ 300 000 sont décédés des suites d’un empoisonnement à l’Agent Orange. Il y a aussi des victimes en Australie, en Corée du Sud, en Nouvelle-Zélande et dans d’autres pays qui ont pris part à la guerre du Vietnam. En raison des dommages génétiques, le nombre de victimes continue d’augmenter.

dienhai.nguyen@free.fr

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT