Home / Page d'accueil  / Actualités générales  / Le Vietnam affiche un leadership mondial au Conseil de sécurité de l’ONU

Le Vietnam affiche un leadership mondial au Conseil de sécurité de l’ONU

A l'occasion de la participation du Président vietnamien Nguyen Xuan Phuc à la 76ème session de l'Assemblée générale de l'ONU (21-27 Septembre 2021) à New-York, le Washington Times a publié un article sur le Vietnam

A l’occasion de la participation du Président vietnamien Nguyen Xuan Phuc à la 76ème session de l’Assemblée générale de l’ONU (21-27 Septembre 2021) à New-York, le Washington Times a publié un article sur le Vietnam dont voici la traduction :

Le président vietnamien Nguyen Xuan Phuc et le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres

Les réunions de haut niveau de la 76e session de l’Assemblée générale des Nations Unies se déroulent dans un contexte particulier où les Nations Unies sont confrontées à des défis sans précédent depuis sa fondation. La tempête sanitaire actuelle associée à la pandémie de COVID-19 a créé des obstacles au développement, affectant la vie économique, politique et sociale du monde, en particulier dans les petits pays et les pays en développement. Il s’agit d’un problème international, pas seulement pour un seul pays. Les Nations Unies jouent un rôle primordial en aidant les pays à réagir et à se remettre de la pandémie.

Alors que les pays développés prennent des mesures pour contrôler le coronavirus, la tâche urgente du monde actuellement est d’empêcher cette crise sanitaire dans les pays en développement car, comme l’a clairement indiqué le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, « personne n’est en sécurité tant que tout le monde n’est pas en sécurité.  » Certains pays ne sont pas sûrs. Ils ont besoin de l’élargissement de la couverture vaccinale, du réseau et de l’approvisionnement en vaccins administrés aux petits pays, aux pays en développement, et du soutien aux pays pour les aider à se rétablir après la pandémie.

Les Nations Unies en général et les grands pays en particulier doivent contribuer plus activement à ce processus. La crise aggravera les défis de développement existants, et tandis que les gouvernements ont commencé à réagir, la capacité des pays en développement est fortement limitée par des ressources limitées.

La diplomatie vietnamienne de haut niveau est arrivée à ce moment critique.

Malgré une résurgence de Covid-19 et de la variante Delta, l’image de la nation vietnamienne a été renforcée dans son rôle tournant en tant que membre du Conseil de sécurité et de la présidence de l’ONU en avril 2021, et sa capacité et sa confiance pour diriger des cérémonies de signature et des efforts de consolidation de la paix. Sa capacité de leadership exprimée marque la deuxième fois que cette nation émergente occupe le poste de président en tant que membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations-Unies (CSNU) pour le mandat 2020-2021.

Le Conseil de sécurité est l’organe de l’ONU le plus puissant, composé de quinze membres, dont cinq permanents ; à savoir, la Chine, la France, la Fédération de Russie, le Royaume-Uni et les États-Unis et dix sont élus non permanents tous les deux ans.

Le Vietnam a été élu pour la première fois en tant que membre non permanent pour le mandat 2008-2009, et a agi en tant que président du conseil en juillet 2008 et octobre 2009. En 2020, le Vietnam est devenu pour la deuxième fois dans l’histoire un membre non permanent après avoir obtenu 192 de 193 voix.

L’ascendant du Vietnam en matière de sécurité internationale a été largement attesté dans son rôle dans l’accueil du sommet de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC), le sommet de Hanoï 2019, lors d’une réunion réunissant le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président américain Donald Trump. Bien que le sommet n’ait pas réussi à combler une quelconque résolution sur le désarmement d’une menace nucléaire mondiale, Hanoï a émergé comme un constructeur de paix reconnu dans ce qui est généralement considéré comme une position de niche dans la réconciliation ou la diplomatie de médiation.

Le repositionnement remarquable du Vietnam en tant que puissance moyenne et son rôle évolutif en tant que bâtisseur de la paix, démontre la confiance croissante du pays pour jouer un rôle clé de médiation au sein de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) sur les questions de sécurité régionale.

L’année dernière, dans le cadre des efforts de renforcement de son image, le Vietnam s’est également engagé dans sa propre « diplomatie des masques » en exportant des millions de masques faciaux vers le reste du monde.

Au cours des trois dernières décennies, Hanoï a été reconnue comme un membre responsable de la communauté internationale. La nation a adopté avec succès les bonnes institutions de marché qui ont conduit à plus de deux décennies de performances économiques impressionnantes. Les pays membres de l’ONU ont applaudi le rôle important du Vietnam dans la promotion des luttes pour l’indépendance nationale, la souveraineté et l’autodétermination. Le parcours remarquable du Vietnam du statut de revenu faible à moyen a sorti plus de 40 millions de personnes de la pauvreté entre 1993-2014.

La marche réussie du pays vers l’ONU a été accélérée par les mesures remarquables prises de 1995 à 1999, notamment la normalisation des relations diplomatiques et commerciales avec les États-Unis et la coopération avec des donateurs multilatéraux comme la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement. Notamment, le Vietnam a tiré parti d’une plus grande intégration dans le système économique international, notamment grâce à son accession à l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Le Vietnam participe aux efforts de maintien de la paix de l’ONU

Bien qu’elle ait passé un demi-siècle en guerre, Hanoï n’a pas perdu de temps pour soutenir les initiatives de l’ONU qui mettent en évidence les principes fondamentaux des lois internationales et de la Charte pour résoudre les conflits internationaux par des moyens pacifiques.

Un élément central de son ouverture et de son engagement avec le monde a été la volonté du pays d’acquérir une voix et une position plus importantes au sein des Nations Unies. Cela a été particulièrement évident dans ses efforts fructueux pour rejoindre les opérations de maintien de la paix des Nations Unies au début de 2014. Cette action a permis de resserrer les liens avec les États-Unis, un ancien ennemi et désormais un partenaire global.

En outre, le Vietnam est activement engagé dans la formation de personnel pour envoyer des soldats participer aux activités de maintien de la paix. Depuis 2014, Hanoï a souligné son rôle dans le maintien de la paix dans le cadre de ses contributions à la communauté internationale en envoyant du personnel au Soudan du Sud et en République centrafricaine. Le pays a également participé à des cours officiels du Service intégré de formation des Nations Unies (ITS) afin de renforcer les capacités des formateurs des forces armées vietnamiennes en les familiarisant avec les derniers développements des efforts de maintien de la paix des Nations Unies.

De plus, Hanoï a défendu le multilatéralisme et le respect du droit international et de la Charte des Nations Unies. « Nous avons le devoir de renforcer et de redynamiser la plus grande organisation multilatérale du monde, en particulier face aux immenses défis et opportunités du 21e siècle », affirme Nguyen Phu Trong, secrétaire général du Parti communiste.

Le Vietnam soutient les initiatives de l’ONU sur les changements climatiques et les objectifs de développement durable à l’horizon 2030

Le Vietnam reconnaît l’urgence de soutenir le Programme de développement durable à l’horizon 2030, la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et l’Accord de Paris (COP21). Les dirigeants du pays sont confrontés aux dangers actuels du changement climatique vus dans leur littoral long de 1800 milles le long de la mer de l’Est, aux glissements de terrain dans les montagnes du nord, à l’élévation du niveau de la mer dans le delta du Mékong, le bol de riz pour ses citoyens et abrite plus de 20 millions de vietnamiens.

Au cours des trois dernières décennies, Hanoï a été reconnue comme un membre responsable de la communauté internationale.

Le Vietnam est d’accord avec l’ONU pour reconnaître que la pauvreté et les problèmes environnementaux sont interconnectés. L’impact humain sur l’océan et sur les communautés côtières a été profond, allant de la destruction des écosystèmes marins à la perte de biodiversité.

« Le changement climatique est sans aucun doute une menace existentielle majeure pour de nombreux pays et pour notre planète. Au Vietnam, rien que l’année dernière, des conditions météorologiques extrêmes ont fait des centaines de morts et annulé des décennies de progrès dans la réduction de la pauvreté », a déclaré le président Nguyen Xuan Phuc le 23 avril dans un discours prononcé lors du Sommet virtuel des dirigeants sur le climat organisé par les États-Unis.

Avec le double défi du COVID-19 et du changement climatique, la transition vers une nouvelle normalité nécessitera la coopération des nations riches aidant les pays pauvres et en développement. Le Vietnam s’engage à jouer son propre avenir en apportant des contributions proactives et responsables au Conseil de sécurité des Nations Unies pour répondre à la fois à la Charte de maintien de la paix des Nations Unies et aux objectifs de développement durable.

Libre traduction de Doan Ket (UGVF)

dienhai.nguyen@free.fr

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT