Home / Page d'accueil  / Actualités générales  / Une épicerie pas comme les autres

Une épicerie pas comme les autres

Dans cette épicerie, lorsque les clients veulent acheter quelque chose, ils doivent apporter leurs propres bouteilles, bocaux, boîtes. Bien qu'achetant seulement 1 g de poudre de curcuma, 1 cuillère à café de curry, la boutique est

Dans cette épicerie, lorsque les clients veulent acheter quelque chose, ils doivent apporter leurs propres bouteilles, bocaux, boîtes. Bien qu’achetant seulement 1 g de poudre de curcuma, 1 cuillère à café de curry, la boutique est toujours heureuse de vendre. Rarissime au Vietnam !

Située dans la rue Ba Huyen Thanh Quan (quartier My An, district Ngu Hanh Son, ville de Da Nang), l’épicerie de Mme Ho Hoang Oanh (née en 1985, de Ho Chi Minh Ville) est encore appelée « épicerie verte » par les clients. Parce que, en achetant les produits ici, les clients doivent apporter leurs propres sacs, bouteilles et bocaux pour y mettre les articles. Quant à la propriétaire, elle n’a pas à fournir l’emballage, ce qui minimise le prix de vente. Mais le problème n’est pas là.

A l’intérieur du magasin, les étals vendent des aliments secs, des épices, des détergents ou des produits de beauté…. mais vendus au poids ou au volume.  Sa boutique ne vend presque rien dont les femmes au foyer ont besoin. 

Amoureuse de l’environnement, réalisant que le monde est confronté à de nombreux problèmes tels que : déchets océaniques, déchets plastiques, déséquilibre écologique dû au réchauffement climatique, Mme Oanh se dit toujours de faire quelque chose pour améliorer la situation.

« Les gens ont de grandes ambitions et font de grandes choses. Quant à moi, je choisis de faire de petites choses, mais l’effet est durable et n’importe qui peut le faire, pour réduire les déchets plastiques dans la vie de tous les jours ».

« Au Vietnam, au cours des 2-3 dernières années, des exemples écologiques ont commencé à apparaître à Hanoï et Ho Chi Minh-Ville. Depuis lors, j’ai décidé de démarrer une entreprise avec un magasin à Da Nang dans le but de réduire la quantité de déchets plastiques et d’emballages dans la vie quotidienne ».

Au cours des 4 premiers mois, le magasin ne peut vendre qu’à quelques clients. Réalisant que les gens ne sont pas encore habituées, Mme Oanh participe activement à des groupes environnementaux, apportant sa façon de vendre sur les marchés de producteurs propres pour en faire la promotion.

Peu à peu, les gens ont connu le magasin et sont devenus des clients réguliers. Des habitants du quartier à ceux habitant à plus de dix kilomètres… viennent également faire leurs courses régulièrement.

« Mes gens ont l’habitude d’acheter quelque chose et les vendeurs mettent dans un sac plastique, ils trouvent très ennuyeux de devoir transporter des bouteilles et des bocaux. Alors quand ils viennent faire leurs courses, je leur explique pourquoi il faut limiter les sacs plastiques, et surtout acheter juste ce qu’il faut pour répondre aux besoins. Heureusement, j’ai rencontré beaucoup de personnes ayant le même intérêt et elles sont toutes devenues des clientes régulières ».

Former des habitudes d’acheter éco

Actuellement, la boutique de Mme Oanh vend plus de 400 articles allant de l’alimentation (aliments secs, plats cuisinés, épices) aux produits ménagers (liquide vaisselle, nettoyant pour sols, lessive)…

Pour acheter quelque chose, les clients n’ont qu’à apporter leurs sacs, bouteilles, bocaux…, ils y mettent la quantité voulue, même minime, puis ils payent. Pour les clients qui viennent au magasin pour la première fois ou qui oublient d’apporter un contenant, Mme Oanh donne un pot.

« J’encourage aussi les gens à acheter juste. Ceux qui veulent acheter seulement 1g de poudre de curcuma, 1 cuillère à café de curry, 10g de poivre… je vends aussi parce que s’ils achètent tout le paquet, d’abord c’est plus cher, ensuite s’ils n’utilisent pas tout, à la date de péremption, ils vont jeter le reste très inutilement ». C’est pourquoi elle s’est dotée d’une balance électronique pour les petites quantités.

Avec le temps, bon nombre de ses clients réguliers ont apporté des bocaux, des bouteilles et des bocaux en verre inutilisés pour « faire un don » à ceux qui ont oublié d’apporter leurs propres contenants.

Au-dessus de la mezzanine du magasin, Mme Oanh aménage un espace de rangement pour les vêtements et les ustensiles réutilisables. Toute personne qui a des petits meubles et des vieux vêtements qui ne sont plus utilisés peut les laisser là pour ceux qui en ont besoin.

La cour de l’épicerie est également aménagée en zone de collecte des déchets plastiques. Chaque week-end, Mme Oanh transporte les déchets collectés vers une usine de traitement à Hoi An.

dienhai.nguyen@free.fr

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT