Home / Page d'accueil  / Actualités générales  / Revue de presse Vietnam / Septembre 2021

Revue de presse Vietnam / Septembre 2021

Sélectionnée par Francis Gendreau 02/09/2021 Le Vietnam dénonce les fausses informations https://fr.vietnamplus.vn Tout le système politique et toute la population combattent pour contenir la 4e vague de Covid-19, les forces hostiles diffusent de fausses informations pour décrédibiliser les autorités

Sélectionnée par Francis Gendreau

02/09/2021

Le Vietnam dénonce les fausses informations

https://fr.vietnamplus.vn

Tout le système politique et toute la population combattent pour contenir la 4e vague de Covid-19, les forces hostiles diffusent de fausses informations pour décrédibiliser les autorités vietnamiennes.

Hanoi (VNA) – Alors qu’au Vietnam, tout le système politique et toute la population combattent jour et nuit pour contenir la quatrième vague de Covid-19, les forces hostiles diffusent de fausses informations pour décrédibiliser les autorités vietnamiennes.

Depuis des mois, les professionnels de santé, les agents de sécurité et l’armée s’appliquent à soigner les patients, à isoler les sources d’infection et veillent à ce que personne ne reste sur la touche. Les bénévoles distribuent des produits essentiels, aident à faire les courses des habitants confinés et tentent de soulager les familles dans la douloureuse épreuve du décès de leurs proches. Malgré la mobilisation de la société vietnamienne, certains internautes hostiles ont affirmé que la lutte menée par le Vietnam ne serait que de la poudre aux yeux pour la communauté internationale et que le déploiement de l’armée à Hô Chi Minh-ville et dans les provinces méridionales aurait un tout autre objectif que celui de venir en aide à la population. D’autres encore ont déploré la stratégie vaccinale du pays et remis en cause les actions du gouvernement.

Certains médias étrangers comme Radio Free Asia (RFA), Radio France Internationale (RFI) ou encore la BBC ont vivement critiqué les mesures de distanciation sociale appliquées dans les localités durement frappées par la quatrième vague, estimant qu’il s’agissait là de « solutions irrationnelles et inefficaces », oubliant par la même que de nombreux pays européens avaient opté pour ces mêmes mesures.

Or, la réalité est tout autre. Les mesures restrictives imposées par le gouvernement vietnamien ont été rendues nécessaires en raison de la gravité de la situation épidémique observée dans certaines provinces du pays. Si elles n’avaient pas été prises, le nombre de cas de contaminations aurait assurément été bien plus élevé. L’intervention des militaires n’a pour seul objectif que de faire respecter les consignes sanitaires et d’aider à l’approvisionnement en nourriture et en produits essentiels des habitants se trouvant dans les zones confinées.

Pour protéger la santé publique, le ministère de la Santé diffuse en continu le «message de 5K» (port de masque, désinfection régulière, espace interpersonnel, déclaration sanitaire, non-rassemblement). À l’instar des États-Unis, du Royaume-Uni, d’Israël et d’autres pays qui ont observé l’efficacité de la vaccination anti-Covid-19, le Vietnam accélère sa campagne vaccinale pour obtenir dans les meilleurs délais l’immunité collective.

Il est nécessaire de comprendre que la seule motivation des forces hostiles est d’affaiblir la confiance de la population envers l’État. Mais les Vietnamiens, épris de paix et armés d’un sens élevé de justice ne se laissent pas berner par ces informations fallacieuses. C’est ensemble que le peuple et l’État mènent le combat contre la pandémie et c’est ensemble qu’ils vaincront. – VOV/VNA

06/09/2021

ÉDUCATION : A Hô-Chi-Minh-Ville, l’enseignement en ligne devient la règle face à la pandémie

https://www.gavroche-thailande.com

Les cours à HCM Ville dans les écoles publiques commenceront le 6 septembre, bien que l’année académique 2021-22 commence officiellement le 1er septembre, a déclaré Hồ Tấn Minh, directeur adjoint du département de l’éducation et de la formation de HCM City. Ils auront lieu en ligne alors que la pandémie continue de faire rage. Environ 700 000 élèves de la sixième à la douzième année étudieront en ligne ce semestre. Le département a demandé à toutes les écoles de terminer les plans d’enseignement en ligne à tous les niveaux avant le 6 septembre pour le premier semestre. L’enseignement en ligne doit répondre aux exigences du programme d’enseignement général.

Un retour aux normes

Les écoles sont tenues d’établir des horaires raisonnables pour l’enseignement en ligne, d’en informer les parents et les élèves et de prévoir des activités d’enseignement et d’apprentissage adaptées à leurs élèves. Les enseignants doivent concevoir des sujets ou des leçons et organiser des heures d’étude pour guider les élèves, leur assigner des tâches d’apprentissage et tester et évaluer les résultats de l’apprentissage des élèves.

Coopérer avec les écoles et les enseignants

Le ministère a demandé aux parents des élèves de créer des conditions favorables à l’étude en ligne à la maison et de coopérer avec les écoles et les enseignants pour aider les élèves à accomplir leurs tâches et à soumettre leurs travaux à l’évaluation. Le ministère a demandé au comité populaire d’organiser la vaccination de plus de 642 000 élèves âgés de 12 à 18 ans. L’objectif est de permettre aux élèves de retourner à l’école en présentiel le semestre prochain.

08/09/2021

Pour ne pas sacrifier son attractivité, le Vietnam prépare la sortie d’un confinement draconien

https://www.lesechos.fr/

Après avoir très bien résisté à l’épidémie de Covid-19 jusqu’en avril dernier, le pays d’Asie du Sud-Est, très peu vacciné, fait face à une flambée de contaminations provoquée par le variant Delta. Le pouvoir communiste a mis en place, depuis fin août, des restrictions très dures dans le bassin industriel d’Ho Chi Minh City où se joue une large partie de sa croissance.

Par Yann Rousseau

Jusqu’au début du printemps 2021, le Vietnam affichait l’une des meilleures résistances de la planète face à l’épidémie de Covid-19. Début mai, le pays avait recensé au total, en 17 mois, moins de 4.000 infections et « seulement » 35 décès liés au coronavirus dans une population de 96 millions d’habitants. Alors que les grandes économies et ses principaux partenaires commerciaux souffraient de contractions record, la nation réussissait à générer une croissance de 2,9 % sur 2020. Pour 2021, la Banque mondiale voyait déjà le PIB vietnamien bondir de près de 7 %. Mais l’institution et tous les conjoncturistes ont revu, ces derniers jours, leurs projections à la baisse. « Nous avons dégradé notre estimation à 5,2 % contre 7,7 % précédemment », confirment Dhiraj Nim et Khoon Goh, d’ANZ Research.

Contaminé à son tour par le variant Delta, le pays affronte depuis cet été une flambée d’infections, notamment dans la région d’Ho Chi Minh City qui abrite le poumon économique de la nation. Sur le seul mois d’août, les autorités sanitaires, qui avaient très peu vacciné, ont repéré sur le territoire 300.000 cas positifs. Le nombre de décès provoqués par le coronavirus approche désormais 14.000. Ho Chi Minh et ses banlieues concentrant près de 80 % de ces décès.

Interdiction totale de sortir

Pour mater l’épidémie, le pouvoir communiste a imposé dans les districts les plus touchés des confinements ultra-stricts. Dans plusieurs quartiers d’Ho Chi Minh City, il est interdit de sortir de chez soi, même pour aller faire des courses, depuis le 23 août. Les familles se sont ruées dans les supermarchés pour faire des stocks dans les heures qui ont précédé la mise en place des restrictions. D’autres ont recours aux commandes en ligne. « Devant les supermarchés, on peut voir d’impressionnantes opérations de préparation de commandes faisant penser à l’organisation dans les entrepôts Amazon », raconte Michael Kokalari, dans son dernier rapport pour VinaCapital, à Ho Chi Minh City.

L’armée a aussi été mobilisée pour patrouiller dans les rues, distribuer des colis de nourriture aux habitants les plus démunis et opérer des centres de tests mobiles. « Le gouvernement mène une campagne de tests de masse et veut vacciner 70 % des adultes de la ville avec au moins une première dose d’ici au 15 septembre », détaille l’analyste. Fin juillet, ce taux n’atteignait pas 20 % dans la région pourtant jugée prioritaire par les autorités communistes. A l’échelle nationale, seuls 3,6 % des habitants ont reçu deux doses de vaccins.

Avec cet effort concentré sur le Sud, le pouvoir espère relancer rapidement l’activité dans les zones industrielles où sont installés les géants de l’électronique mondiale, de l’automobile et du textile. Dans beaucoup de parcs industriels, les usines n’ont pas totalement fermé mais tournent au ralenti depuis le début de l’été. « L’activité a baissé pour le quatrième mois d’affilée en août et les données de début septembre ne sont pas bonnes », pointe Dhiraj Nim. Naturellement, les exportations reculent aussi.

Vivre à l’usine

Pour ne pas stopper les lignes de production, nombre de groupes ont choisi de faire vivre une partie de leurs ouvriers en permanence sur leurs sites afin d’éviter les contacts avec l’extérieur. « Depuis début juillet, on voit aussi beaucoup de bus transportant tous les jours les employés entre les hôtels d’Ho Chi Minh et les usines de la banlieue », raconte l’équipe de VinaCapital. Un ballet qui permet à Samsung, Panasonic ou Sanyo de rester actifs et de continuer à déployer leurs investissements dans le pays, qui capte une grande partie des projets autrefois dévolus à la Chine.

Aucune entreprise étrangère n’a ainsi remis en cause ses plans dans le pays sur place, convaincue que la crise sanitaire serait rapidement surmontée. Dans les données officielles, les flux d’investissements directs étrangers tiennent bon. « L’avantage compétitif du Vietnam dans le commerce international reste intact », confirment les économistes d’ANZ Research.

13/09/2021

Vietnam : quinze hommes fuient l’épidémie de coronavirus à bord d’un camion frigorifique

https://www.lefigaro.fr

Par Le Figaro avec AFP

Quinze Vietnamiens, dont un garçon de sept ans, ont été découverts par la police à bord d’un camion frigorifique alors qu’ils tentaient de fuir le sud du pays confronté à une vague de coronavirus sans précédent, ont indiqué lundi 13 septembre les médias d’État.

« On savait que c’était très dangereux de voyager dans un camion fermé et réfrigéré, mais nous courions un plus grand risque d’être infectés par le virus », a déclaré un des voyageurs, cité dans les médias. Quand il a été intercepté, le camion avait déjà parcouru des dizaines de kilomètres depuis Dong Nai, une province industrielle qui a enregistré des dizaines de milliers de cas de Covid-19 ces dernières semaines. Les corps de 39 migrants d’origine vietnamienne avaient été découverts dans un camion frigorifique en octobre 2019 en Angleterre, suscitant un tollé international.

5% de la population entièrement vaccinée

Pénalisé par la lenteur de sa campagne de vaccination, le Vietnam, salué en 2020 comme un pays exemplaire dans sa lutte contre l’épidémie avec sa stricte politique de quarantaine et de suivi des personnes contaminées, connaît un sévère retour de bâton. Les autorités recensent plus de 15.000 décès depuis la fin juillet, contre seulement quelques dizaines l’année dernière.

Hô Chi Minh-Ville, poumon économique du pays, est au cœur de la tempête et a pris des allures de ville assiégée. L’armée y a déployé des milliers de soldats et de réservistes pour faire appliquer les restrictions et distribuer des sacs de nourriture aux habitants cloîtrés chez eux depuis début juillet.

Le pays déploie lentement sa campagne vaccinale: à peine plus de 5% de la population est entièrement vaccinée. Les États-Unis et la Chine ont offert plusieurs millions de doses et des accords commerciaux ont été signés avec les laboratoires américains Pfizer et Moderna, le Suédo-Britannique AstraZeneca et le Chinois Sinovac. Objectif : tenter d’injecter au moins une dose à 70% de la population d’ici avril 2022.

13/09/2021

L’enseignement supérieur cherche à s’adapter aux crises

https://fr.vietnamplus.vn

Le Symposium sur l’éducation au Vietnam 2021, tenu les 9 et 10 septembre sous forme de visioconférence, a attiré la participation de près de 200 délégués de nombreux pays du monde.

Paris (VNA) – Le Symposium sur l’éducation au Vietnam 2021, tenu les 9 et 10 septembre sous forme de visioconférence, a attiré la participation de près de 200 délégués de nombreux pays du monde dont notamment le Royaume-Uni, les États-Unis, la France, l’Australie, l’Italie et le Vietnam. Ayant pour thème « Adaptation de l’enseignement supérieur aux crises », l’événement a été organisé par le réseau de l’Education Network (EduNet), relevant de l’Association globale des scientifiques et experts vietnamiens (AVSE Global), en collaboration avec l’Université des sciences sociale et humaine dépendant de l’Université nationale de Hô Chi Minh-Ville et la revue Éducation du ministère de l’Éducation et de la Formation.

Durant deux jours de travail, les participants qui sont des responsables et planificateurs de l’éducation supérieure, chercheurs, enseignants, étudiants… ont écouté et échangé avec des intervenants sur de nombreux sujets tels que numérisation l’éducation universitaire ; qualité de l’éducation ; politique et philosophie de l’enseignement supérieur ; formation des enseignants universitaires ; internationalisation de l’enseignement supérieur et développement durable.

Partageant avec la presse, Mme Nguyên Thuy Phuong, fondatrice d’EduNet, directrice du Symposium et maître de conférences à l’Université de Paris, a déclaré que ce sont des sujets qui composent la forme de l’enseignement supérieur international, et contribuent à changer la physionomie de l’enseignement supérieur du Vietnam dans les années à venir, notamment dans le contexte de la pandémie de Covid-19.

2020 est une année des crises mondiales à cause de la pandémie qui a affecté de nombreux aspects, dont l’enseignement supérieur. Si avant la pandémie, des questions telles que la technologie et l’industrialisation, l’internationalisation, la gouvernance, etc. a été l’objectif de réformes dans de nombreux pays, pendant et après la pandémie, l’innovation est et sera une question urgente pour s’adapter à la nouvelle situation.

Un succès en quantité et en qualité

Selon Mme Thuy Phuong, d’une vue générale, les institutions universitaires de tous les pays s’adaptent rapidement à la crise sanitaire : la fermeture des amphithéâtres a incité les enseignants et étudiants à se rencontrent sur zoom, et de travailler en ligne ; la Direction et l’Administration des universités mènent des travaux de gestion et d’administration sur des plateformes grâce et avec des logiciels modernes, etc. Cependant, en termes de vision à moyen et à long terme, des inquiétudes sont soulevées : les échanges et l’accueil d’étudiants sont annulés, les stages et les activités de recherche sont devenus difficiles, et les examens ne se sont pas déroulés comme d’habitude.

Le Symposium sur l’éducation au Vietnam 2021 est l’occasion d’échanger des idées afin de créer une nouvelle réflexion sur le leadership et la gouvernance des institutions universitaires, de s’adapter au contexte de crise et de contribuer à apporter des changements dans la recherche, l’enseignement et l’apprentissage supérieur, ainsi qu’à changer le concept tout en assurant la qualité. Axé sur le thème « Adaptation de l’enseignement supérieur aux crises », le Symposium 2021 ouvrira un espace académique de recherche sur les crises, de discussion sur la résilience, ainsi que de recommandations, solutions ou orientation de transformation pour l’enseignement supérieur dans le monde dont le Vietnam. Estimant des résultats du forum, Mme Thuy Phuong a affirmé que l’événement a été « couronné de succès, à la fois en quantité et en qualité ».

Créé en juin 2020, le Symposium sur l’éducation au Vietnam est un événement académique international annuel initié par EduNet. Faisant partie d’AVSE Global, ce jeune réseau éducatif ambitionne d’organiser annuellement ce forum selon chaque sujet précis et à l’intention de tous les niveaux d’enseignement de la maternelle à l’université. En outre, EduNet mène également des projets de recherche et de conseil en éducation et en formation avec les provinces et les villes du Vietnam, et publie des livres pédagogiques. Le premier livre a été publié en 2020. Intitulé « Éducation générale vietnamienne : transformation et création », il est le fruit du premier Symposium tenu en 2020 sur de l’enseignement secondaire. Cette année, EduNet prévoit de publier un deuxième livre au niveau universitaire.

En tant que sponsor principal de cet événement, AVSE Global a été créée en 2011. Basée à Paris (France), cette association globale vise à mettre en relation des experts et scientifiques vietnamiens et internationaux qui aspirent à contribuer au développement durable et à la prospérité du Vietnam. –VNA

16/09/2021

La 76e Fête nationale du Vietnam célébrée en France

https://www.lecourrier.vn

Le 15 septembre à Paris, l’ambassade du Vietnam en France a célébré solennellement le 76e anniversaire de la Révolution d’août (19 août 1945) et de la Fête nationale (2 septembre 1945), ainsi que de la diplomatie du Vietnam.

Étaient présents à la cérémonie Catherine Deroche, présidente du Groupe d’amitié au Sénat ; Stéphanie Do, présidente du Groupe d’amitié à l’Assemblée nationale ; des représentants de l’Association d’amitié franco-vietnamienne (AAFV) ; de l’Union générale des Vietnamiens en France (UGVF) ; d’organisations internationales et des ambassades d’autres pays. Un certain nombre d’hommes d’affaires, d’intellectuels, d’étudiants vietnamiens vivant, étudiant et travaillant en France ont également assisté à la célébration dans le respect des règlements stricts sur la prévention de l’épidémie de COVID-19.

Prenant la parole à la cérémonie, l’ambassadeur Dinh Toàn Thang a souligné que le Vietnam était fier d’avoir pu, pendant plus de sept décennies, réalisé beaucoup de performances en matière politique et socio-économique de grande importance et d’avoir tissé en même temps d’étroites relations d’amitié et de coopération avec de nombreux partenaires de par le monde. D’après lui, le pays est maintenant en pleine mutation dans plusieurs domaines et devenu un membre à part entière et actif de nombreux accords et instances de coopération régionaux et internationaux. Le dernier Congrès du Parti communiste du Vietnam, tenu début 2021, a réaffirmé cette politique extérieure d’indépendance, d’ouverture et d’intégration régionale et internationale proactive. C’est dans ce cadre que le Vietnam a assumé avec succès la présidence tournante de l’ASEAN en 2020 et continue à l’heure actuelle à jouer avec beaucoup de responsabilité son rôle de membre non permanent au Conseil de sécurité des Nations unies.

Évaluant les relations entre le Vietnam et la France, le diplomate a exprimé sa satisfaction de voir se développer sans cesse les liens entre le Vietnam et ses partenaires français. Les deux pays vont fêter en 2023 son 10e anniversaire de l’établissement de leur partenariat stratégique qui se base sur plusieurs piliers, et en même temps le 50e anniversaire des relations diplomatiques franco-vietnamiennes. Il est convaincu que les échanges politiques de haut niveau ces derniers mois et dans les mois à venir permettront de donner un nouvel élan aux relations bilatérales. « Je saisis cette occasion pour dire combien nous sommes sensibles au don de vaccins que la France nous a accordé et qui vient d’arriver à Hanoi il y a deux jours. Il y a tant d’autres exemples pour illustrer la vivacité et l’intensité des relations qui lient le Vietnam à la France, que la liste n’est jamais exhaustive », a-t-il insisté.

Mettre l’humain au cœur de toute action

L’ambassadeur du Vietnam en France est aussi satisfait de voir se développer et s’intensifier la coopération entre le Vietnam et différentes organisations internationales de premier rang basées à Paris. « Nous fêtons cette année le 45e anniversaire de la relation avec l’UNESCO à laquelle le Vietnam souhaite apporter une participation de plus en plus active. De plus, nous sommes en train d’approfondir nos liens avec l’OIF et avec tous les pays membres de cette communauté francophone auxquelles le Vietnam est toujours attaché. Nous assistons également aujourd’hui à un affermissement de la coopération entre le Vietnam et l’OCDE qui donne ces jours-ci des résultats tangibles », a-t-il précisé.

Les conséquences socio-économiques de la pandémie sont nombreuses et source d’inquiétude majeure nous interpellant tous au souci d’un développement durable ou de la préservation de l’environnement mais aussi d’une meilleure prise de conscience de la coopération internationale pour pouvoir avoir une sortie de la crise, a remarqué l’ambassadeur vietnamien.

Il a confirmé la position du Vietnam de poursuivre ses politiques consistantes de paix et de coopération pour la sécurité, la stabilité et le développement. Le pays tient aussi à observer ses engagements internationaux pour le droit international, l’égalité, la coopération et le bénéfice mutuel ; et à faire valoir de son esprit de solidarité pour convaincre la pandémie et relancer le développement socio-économique. Dans cette nouvelle perspective de l’après-COVID, le Vietnam est soucieux de situer l’humain au cœur de toute action. Il s’agit-là à la fois de la fin et de l’objet d’un développement inclusif et intégral.

« Pour ce faire, le Viet Nam est disposé à renforcer ses liens existants avec tous ses partenaires ainsi qu’à en créer d’autres en faveur de la coopération multilatérale, du développement inclusif, de la confiance mutuelle et de la responsabilité », a-t-il insisté en appelant les hôtes et invités à porter toast pour renforcer la coopération et la solidarité entre le Vietnam et la France.

Nguyên Thu Hà/CVN

21/09/2021

Mâcon se fait l’écho du Vietnam fantasmé de Mai- Thu

https://www.lemonde.fr

Le Musée des Ursulines consacre une rétrospective au peintre vietnamien

Le voyageur passant par la gare de Lyon, cet été, ne pouvait qu’être intrigué par les gracieux visages aux traits asiatiques affichés sur de grands panneaux dressés sur le parvis. Cette opération de communication, fruit d’un partenariat entre la SNCF et la ville de Mâcon, visait à inviter le public, en partance vers le sud, à faire un arrêt dans la préfecture de Saône-et-Loire pour aller y découvrir, au Musée des Ursulines, la première rétrospective consacrée au peintre vietnamien Mai-Thu (19061980), qui Y vécut. Elle est présentée dans l’ancien couvent mâconnais jusqu’au 24 octobre.

Un coup de cœur est à l’origine de l’exposition. Arrivée en 2017 à la tête du Musée des Ursulines, la conservatrice Michèle Moyne-Charlet trouve, dans les collections de l’établissement, des œuvres de l’artiste, qu’elle ne connaissait pas. Elle est séduite par « la douceur et la poésie » qui émanent de ses portraits de femmes et par sa maîtrise de la peinture sur soie. En poussant ses recherches, elle découvre que plusieurs familles mâconnaises possèdent des œuvres de Mai-Thu. · En collaboration avec Anne Fort, conservatrice au Musée Cernuschi, à Paris, et Mai Lan Phuong, fille du peintre, elle décide de monter une rétrospective afin de remettre en lumière cet artiste oublié.

De son travail, le public connaît ses petites figurines d’enfants qui ont orné les cartes de vœux de l’Unicef, dans les années 1960, du temps où l’on ne les envoyait pas par textos ou par les réseaux sociaux. Une activité qui ne représente guère l’étendue de la palette du peintre, qui fut aussi photographe et musicien, comme le montre l’exposition. Celle-ci réunit 140 œuvres, présentées de manière chronologique dans la chapelle du couvent.

Né au Vietnam sous protectorat français dans une famille de mandarins, Mai-Thu intègre en 1925, à l’âge de 19 ans, l’Ecole des beaux-arts d’Indochine (EBAI), à Hanoi. Fondé cette année-là par le gouvernement colonial, l’établissement, dirigé par le Français Victor Tardieu (1870-1937) et le Vietnamien Nguyen Nam Son (18901973), est très sélectif : seulement six étudiants composent la première promotion.

Six jeunes hommes – aucune femme cette année-là, mais il y en aura quelques-unes ultérieurement – qui contribueront à l’émergence de la notion d’artiste au Vietnam, au sens occidental du terme. A l’EBAI, les élèves bénéficient d’une formation proche de celle des Beaux-Arts de Paris. On attend d’eux qu’ils développent un style indochinois, inspiré par l’art français tout en restant vietnamien. Une synthèse qu’illustre parfaitement l’œuvre de Mai-Thu.

Regard mélancolique

A l’entrée de l’exposition, on le voit sur une photographie de 1926 aux côtés des autres élèves entourant Victor Tardieu, tous en costume – occidental- blanc, canotier à la main. Un autoportrait à l’huile le représente à 20 ans, air faussement désinvolte et cigarette aux lèvres. Jusqu’à la fin de sa vie, la mise est toujours soignée, même dans son atelier, où des photos le montrent élégant dans une veste cintrée, entre ses esquisses, ses peintures et ses pinceaux.

Son diplôme obtenu en 1930, il est nommé professeur au lycée colonial Khai Dinh, de Huê. Il dessine, peint et expose ses œuvres. En 1937, Mai-Thu demande à partir pour la France afin d’assister à l’Exposition universelle de Paris. L’effervescence qui y règne attire alors des artistes de tous horizons. Il ne retournera plus dans son pays que ponctuellement en 1962, 1974 et 1975·

En 1939, lorsque la seconde guerre mondiale éclate, il s’engage dans l’armée française. Démobilisé en 1941, il s’installe un temps à Mâcon, où il peint dans l’église Saint-Pierre une grande fresque évoquant la première guerre mondiale, que l’on peut aller découvrir en complément de l’exposition. Il noue des liens avec les familles bourgeoises, pour lesquelles il réalise de nombreux portraits de femmes et enfants au regard mélancolique. Lorsqu’il repartira vers la région parisienne pour s’installer à Vanves, dans les Hauts-de-Seine, il restera en contact avec ces Mâconnais qui ont accompagné ses débuts en France.

L’artiste abandonne peu à peu le réalisme, son trait se simplifie en même temps que sa palette s’intensifie

Par goût, mais sans doute aussi pour se démarquer des peintres de l’époque, il décide de se consacrer exclusivement à la peinture sur soie. Une technique exigeante n’autorisant aucun repentir, aucune correction. Il abandonne peu à peu le réalisme, son trait se simplifie en même temps que sa palette de couleurs s’intensifie. Il croque des scènes de la vie quotidienne d’un Vietnam paisible et idéalisé, comme hors du temps : femme se coiffant, mère portant son bébé, enfants occupés à jouer… La guerre qui meurtrit son pays, Mai-Thu l’évoque de manière allusive dans quelques œuvres – L’Orage (1958), où l’on voit une mère fuyant pieds nus avec ses trois enfants, Les Orphelins (1962), représentant des enfants perdus portant sacs et baluchons dans une nature hostile.

Ses baigneuses, thème d’inspiration occidentale, sont traitées dans une esthétique vietnamienne. Les cadres, en bois, laque dorée ou métal, sculptés, ou ornementés de motifs floraux ou chinois, illustrent également la synthèse qu’opère l’artiste entre références européennes et traditions extrême-orientales. Lorsqu’il peint une nature morte, il pose dans un coin une bouteille de nuoc-mâm, comme un clin d’œil à ses origines.

Tombé dans l’oubli après sa mort, Mai-Thu, à l’instar d’autres artistes formés à l’Ecole des beaux-arts Hanoi, pionniers de la peinture moderne vietnamienne, connaît depuis quelques années un succès grandissant dans les maisons de ventes. La quasi-totalité des œuvres présentées à Mâcon ont d’ailleurs été prêtées par des collectionneurs privés. «Beaucoup de nouveaux acquéreurs sont des collectionneurs vietnamiens ou des Chinois fortunés qui, très probablement, désirent se réapproprier un patrimoine historique d’avant le communisme », souligne Mai Lan Phuong. Elle note aussi un changement de regard des autorités vietnamiennes sur cet artiste parti s’installer chez le colonisateur: « Considéré un temps comme un traître par le gouvernement vietnamien, alors qu’il a toujours peint la guerre pour alerter le monde, mon père a désormais une rue à son nom, à Haiphong. »

SYLVIE KERVITL

«Mai- Thu, écho d’un Vietnam rêvé ». Musée des Ursulines, 5, rue de la Préfecture, Mâcon. Jusqu’au 24 octobre. Tous les jours sauf le lundi. De 4,50 euros à 7 euros. Catalogue aux éditions Snoeck (160 pages, 30 euros).

26/09/2021

Xi déclare que la sauvegarde de la gouvernance communiste est de l’intérêt commun vital de la Chine et du Vietnam

http://french.peopledaily.com.cn

Le secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et président chinois Xi Jinping a déclaré vendredi qu’il était de l’intérêt stratégique commun le plus fondamental de la Chine et du Vietnam de préserver la sécurité de la gouvernance de leurs partis communistes et celle de leurs systèmes socialistes. Il a fait ces remarques lors d’une conversation téléphonique avec le secrétaire général du Comité central du Parti communiste vietnamien (PCV), Nguyen Phu Trong.

M. Xi s’est dit heureux de s’entretenir par téléphone avec M. Trong à la veille de la Fête nationale chinoise, ajoutant que jusqu’à présent cette année, M. Trong et lui avaient maintenu une communication étroite par de multiples moyens, aidant les deux partis et les deux pays à approfondir la confiance mutuelle stratégique et à consolider l’amitié traditionnelle, et orientant conjointement les relations bilatérales vers un progrès soutenu et régulier dans de nouvelles circonstances. La Chine et le Vietnam, a-t-il ajouté, sont des voisins socialistes liés par des montagnes et des rivières, et constituent une communauté de destin qui revêt une importance stratégique.

Face aux impacts complexes et combinés des changements mondiaux et de la pandémie de nouveau coronavirus, tous inédits depuis un siècle, la Chine et le Vietnam partagent de nombreux intérêts et préoccupations communs, a noté M. Xi. Il a suggéré que les deux parties maintiennent le bon cap, renforcent la solidarité et la coopération, développent continuellement la cause socialiste, préservent sérieusement les intérêts fondamentaux des deux partis, des deux pays et des deux peuples, et apportent des contributions positives à la paix et au développement régionaux et mondiaux. La partie chinoise soutient fermement M. Trong dans la conduite du PCV et du peuple vietnamien pour avancer sur la voie socialiste adaptée aux conditions nationales du Vietnam et réaliser les objectifs de développement fixés lors du 13e Congrès national du PCV, a déclaré M. Xi.

Les deux parties, a-t-il ajouté, devraient mener des échanges institutionnalisés dans des domaines tels que les discussions théoriques, la formation des cadres et la coopération entre les comités locaux du parti, approfondir la communication et l’apprentissage mutuel entre les départements homologues des deux partis et des deux pays, et renforcer l’orientation de l’opinion publique. Elles devraient également accélérer la coordination de leurs stratégies de développement, créer de nouveaux points forts dans la coopération bilatérale et apporter aux populations des deux pays un plus grand sentiment d’accomplissement, a déclaré M. Xi, ajoutant que la Chine soutient fermement la partie vietnamienne dans la lutte contre la COVID-19 et la promotion du développement économique et social.

Parallèlement, les deux parties doivent renforcer la coordination et la coopération dans les affaires internationales et régionales, défendre la paix et la stabilité en mer de Chine méridionale, s’opposer à la politisation de la recherche des origines du nouveau coronavirus, pratiquer un véritable multilatéralisme et promouvoir la construction d’une communauté de destin pour l’humanité, a ajouté M. Xi.

Nguyen Phu Trong a chaleureusement félicité la Chine pour la célébration réussie du centenaire du PCC et du 72e anniversaire à venir de la fondation de la République populaire de Chine (RPC). Il a fait l’éloge des grandes réalisations que la Chine a accomplies dans divers domaines depuis la fondation du PCC il y a cent ans, depuis la fondation de la RPC il y a plus de soixante-dix ans, et en particulier sous la forte direction du Comité central du PCC avec le camarade Xi Jinping comme noyau dirigeant depuis le 18e Congrès national du PCC.

Il s’est dit fermement convaincu que la Chine accomplira de nouvelles réalisations glorieuses dans son nouveau voyage la menant à la construction globale d’un pays socialiste moderne.

M. Trong a noté que les relations entre les deux partis et les deux pays connaissaient désormais une bonne dynamique, caractérisées par des échanges étroits de haut niveau et une coopération économique et commerciale à croissance rapide.

Hanoi attache une grande importance au développement du partenariat stratégique global de coopération Vietnam-Chine et le considère toujours comme une priorité absolue, a-t-il souligné, ajoutant que son pays était reconnaissant du soutien et de l’assistance précieux de la Chine dans la lutte du Vietnam contre la pandémie et pour la restauration de son développement économique et social. Le PCV, a-t-il déclaré, est disposé à travailler avec le PCC pour multiplier les échanges entre les partis, renforcer la confiance politique mutuelle et approfondir le partage d’expériences en matière de gouvernance des partis et de l’Etat.

M. Trong a également suggéré que les deux parties oeuvrent pour parvenir à une coopération mutuellement bénéfique plus étroite entre elles dans des domaines tels que l’économie et le commerce, la riposte aux épidémies et les échanges culturels et au niveau local, en vue de faire avancer les causes socialistes des deux pays et les relations bilatérales, et de promouvoir conjointement la paix et la stabilité dans la région et dans le monde.

29/09/202

Rattrapée par le Covid-19, l’économie du Vietnam plonge, pire performance en 35 ans !

https://www.capital.fr

Le produit intérieur brut (PIB) du pays a connu une contraction de 6,17%, sa pire performance depuis 1986.

La pandémie de Covid-19 a fait très mal au Vietnam. Longtemps salué pour sa lutte réussie contre le Covid-19 en 2020, il est actuellement confronté à une forte vague épidémique qui l’a conduit à suspendre une bonne partie de son activité manufacturière. En outre, le Vietnam connaît, au troisième trimestre, sa pire performance économique depuis 1986, avec une contraction de 6,17% de son produit intérieur brut (PIB), selon les autorités. L’année dernière, le Vietnam figurait parmi les rares économies à monde à se développer, en affichant une croissance de 2,9%, après avoir maintenu le nombre des contaminations à un faible niveau et les entreprises largement ouvertes.

Mais la dernière vague de coronavirus, qui a débuté en avril dans le nord industriel du pays et s’est rapidement propagée vers le sud, jusqu’à Ho Chi Minh-Ville, poumon économique du pays, a eu un « impact sérieux » sur l’économie, a déclaré le GSO. Selon le média d’État VNExpress, c’est la première fois que le Vietnam enregistre un recul trimestriel de son PIB depuis 2000. Un tiers des 100 millions d’habitants du pays ont dû rester à la maison pendant des mois cet été, les usines étant fermées et les chaînes d’approvisionnement sérieusement perturbées.

Quatrième vague très dure

Les autorités ont recensé plus de 770.000 infections et près de 19.000 décès. « La quatrième vague de la pandémie… a directement touché de nombreuses entreprises, brisant la chaîne d’approvisionnement », a déclaré la vice-ministre de l’Investissement, Nguyen Thi Bich Ngoc, citée sur le site officiel du gouvernement. « Les plans d’affaires et de production ont été bouleversés et certaines entreprises ont suspendu partiellement ou totalement leurs activités », a-t-elle ajouté.

Mais selon elle, « les difficultés et les troubles actuels sont temporaires ». « Le pays commence à assouplir les ordres de confinement généralisés afin d’atténuer le problème, mais les liaisons ferroviaires et aériennes à travers le pays restent largement suspendues », a complété la responsable. Moins de 10% de la population a été entièrement vaccinée à ce jour. Malgré les derniers chiffres, la Banque mondiale prévoit une progression de 4,8 % de l’économie vietnamienne en 2021, tandis que le Vietnam vise toujours officiellement +6,5 %.

dienhai.nguyen@free.fr

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT