Home / Page d'accueil  / Actualités générales  / L’histoire du miracle économique du Vietnam

L’histoire du miracle économique du Vietnam

Par Peter Vanham - Chef de la communication, Cabinet du Président, Forum économique mondial En vous promenant dans Ha Noi, la capitale du Viet Nam, vous pouvez ressentir une énergie illimitée partout. Les gens passent en 2

Par Peter Vanham – Chef de la communication, Cabinet du Président, Forum économique mondial

En vous promenant dans Ha Noi, la capitale du Viet Nam, vous pouvez ressentir une énergie illimitée partout. Les gens passent en 2 roues motorisés, achètent et vendent de tout, des téléphones à la nourriture dans les innombrables petits magasins, et courent de long en large pour se rendre à l’école ou au travail. Le Viet Nam est jeune, en pleine croissance et tout semble possible.

Il n’en a pas toujours été ainsi. Il y a à peine 30 ans, le pays était l’un des plus pauvres au monde. Comment cette nation d’Asie du Sud-Est est-elle devenue un pays à revenu intermédiaire ?

Lorsque la guerre du Viet Nam de 20 ans a pris fin en 1975, l’économie du Viet Nam était l’ une des plus pauvre au monde et la croissance dans le cadre des plans centraux quinquennaux ultérieurs du gouvernement était anémique. Au milieu des années 80, le PIB par habitant se situait entre 200 et 300 dollars. Mais alors quelque chose a changé. En 1986, le gouvernement a introduit « Đổi Mới » (renouveau), une série de réformes économiques et politiques, et a conduit le pays à devenir une « économie de marché à orientation socialiste ».

Aujourd’hui, le Viet Nam est l’une des stars de l’univers des marchés émergents. Sa croissance économique de 6 à 7 % rivalise avec la Chine et ses exportations valent autant que la valeur totale de son PIB. Tout, des vêtements de sport Nike aux smartphones Samsung, est fabriqué dans ce pays de l’ASEAN. Tel est le succès du pays. Sheng Lu, professeur adjoint à l’Université du Delaware, a déclaré au Financial Times qu’il reste peu de travailleurs «  en chômage » et les installations de production sont en pleine effervescence.

Alors, comment ce miracle de croissance s’est-il produit ? Selon des analystes de la Banque mondiale et du groupe de réflexion Brookings, l’essor économique du Viet Nam s’explique par trois facteurs principaux : « Premièrement, il a adopté la libéralisation des échanges avec enthousiasme. Deuxièmement, il a complété la libéralisation externe par des réformes nationales par le biais de la déréglementation et de la baisse du coût des affaires. Enfin, le Viet Nam a massivement investi dans le capital humain et physique, principalement par le biais d’investissements publics.

Concernant le premier facteur, les analystes soulignent les différents accords de libre-échange que le Viet Nam a signés au cours des 20 dernières années. En 1995, le Viet Nam a rejoint la zone de libre-échange de l’ASEAN. En 2000, il a signé un accord de libre-échange avec les États-Unis et en 2007, il a rejoint l’Organisation mondiale du commerce. Depuis lors, d’autres accords de l’ASEAN ont suivi avec la Chine, l’Inde, le Japon et la Corée, et cette année seulement, le Partenariat transpacifique modifié est entré en vigueur, mais sans les États-Unis.

L’effet cumulé de tous ces accords a été d’abaisser progressivement les droits de douane imposés à la fois sur les importations et les exportations à destination et en provenance du Viet Nam.L’élan du gouvernement vers une économie ouverte comprenait également des réformes intérieures. En 1986, le pays a créé sa première loi sur l’investissement étranger, permettant aux entreprises étrangères d’entrer au Viet Nam. Depuis lors, a déclaré le cabinet d’avocats Baker & McKenzie dans un rapport de 2016, la loi a été révisée à plusieurs reprises, principalement pour adopter une approche plus favorable aux investisseurs tout en visant à réduire la bureaucratie administrative et à mieux faciliter les investissements étrangers au Viet Nam.

Les efforts du Viet Nam ne sont pas passés inaperçus dans les classements internationaux. Dans le rapport sur la compétitivité mondiale du Forum économique mondial, le Viet Nam est passé de la 77è place en 2006 à la 55è en 2017. Dans le classement de la Banque mondiale sur la facilité de faire des affaires, le Viet Nam est passé de la 104è place en 2007 à la 68e place en 2017. L’année dernière, selon la Banque, le Viet Nam a fait des progrès dans tous les domaines, de l’exécution des contrats à l’amélioration de l’accès au crédit et à l’électricité, au paiement des impôts et au commerce au-delà des frontières.

Enfin, le Viet Nam a beaucoup investi dans son capital humain et ses infrastructures. Face à une population en croissance rapide – elle s’élève aujourd’hui à 95 millions d’habitants, dont la moitié a moins de 35 ans, contre 60 millions en 1986 – le Vietnam a réalisé d’importants investissements publics dans l’enseignement primaire. Cela était nécessaire, car une population croissante signifie également un besoin croissant d’emplois. Mais le Vietnam a également investi massivement dans les infrastructures, garantissant un accès de masse à bas prix à Internet. La 4è révolution industrielle frappe à la porte de l’Asie du Sud-Est, et disposer d’une infrastructure informatique solide est une préparation essentielle.

Ces investissements ont porté leurs fruits. Armé de l’infrastructure nécessaire et de politiques favorables au marché en place, le Viet Nam est devenu une plaque tournante pour les investissements étrangers et la fabrication en Asie du Sud-Est. Des sociétés d’électronique japonaises et coréennes comme Samsung, LG, Olympus et Pioneer et d’innombrables fabricants de vêtements européens et américains se sont installés dans le pays. En 2017, selon le Financial Times, le Viet Nam était le plus grand exportateur de vêtements de la région et le deuxième exportateur de produits électroniques (après Singapour).

La croissance économique a suivi. Depuis 2010, la croissance du PIB du Viet Nam a été d’au moins 5 % par an, et en 2017, elle a culminé à 6,8 %. Avec une croissance économique aussi rapide, le pays est passé de l’un des pays les plus pauvres du monde à un pays à revenu confortablement intermédiaire. Alors que son PIB par habitant était à peine de 230 $ en 1985, il était plus de 10 fois supérieur à celui de 2017 (2 343 $), en chiffre corrigé du pouvoir d’achat, il est encore plus élevé, à plus de 6 000 $.

Le PIB par habitant du Viet Nam a décuplé au cours des 30 dernières années

Selon l’indice de développement inclusif du Forum économique mondial, le Viet Nam fait partie d’un groupe d’économies qui ont particulièrement bien réussi à rendre leurs processus de croissance plus inclusifs et durables. Les femmes aussi s’en sont mieux tirées. Leur taux d’emploi est inférieur à 10 % de celui des hommes, note la Banque mondiale, et les ménages dirigés par des femmes sont moins susceptibles d’être pauvres que ceux dirigés par des hommes, bien que des inégalités subsistent.

Un inconvénient important, cependant, est l’approche du gouvernement à l’égard des droits de la personne et de la vie privée. Les citoyens sont de plus en plus surveillés en ligne et les militants des droits humains ne sont pas les bienvenus. 

Quelque chose pourrait-il arrêter l’ascension du Vietnam ? Avec l’appétit pour la mondialisation en déclin dans de nombreuses régions du pays, le Viet Nam semble particulièrement vulnérable, comme l’a rapporté le Financial Times plus tôt cette année. Ses exportations représentent 99,2% de son PIB et, comme indiqué précédemment, une grande partie de son succès repose sur les investissements et le commerce étrangers. En tant que marché émergent, il peut également tomber en disgrâce en tant qu’endroit où investir en raison du raffermissement du dollar.

Mais pour l’instant, le Viet Nam cherche à profiter plutôt qu’à être pénalisé par l’augmentation des tensions commerciales mondiales. Bien que les États-Unis se soient retirés du Partenariat transpacifique, leur antagonisme jusqu’à présent a eu un impact plus important sur la Chine que sur le Viet Nam. Le gouvernement américain a imposé des importations de produits chinois d’une valeur de centaines de milliards de dollars, ce qui a conduit des entreprises ayant un site de fabrication en Chine à envisager de s’installer dans des pays comme le Viet Nam.

Mais même si le Viet Nam souffre de la montée du protectionnisme occidental, il peut toujours compter sur sa propre classe moyenne en plein essor pour donner le prochain coup de fouet à la croissance. Les détaillants nationaux et internationaux envisagent une expansion rapide dans le pays, car de plus en plus de personnes acquièrent le pouvoir d’achat nécessaire pour consommer des biens et des services. Cela peut signifier qu’un jour, au lieu de l’agitation des petits magasins et des scooters, le Viet Nam sera caractérisé par de grands centres commerciaux et des voitures. Mais pour l’instant, le Viet Nam grandit, à son rythme et à sa manière.

dienhai.nguyen@free.fr

Review overview
NO COMMENTS

Sorry, the comment form is closed at this time.