Home / Page d'accueil  / Livre 100 ans  / Extrait du livre 100 ans/LA VIE DE LA COMMUNAUTE 1

Extrait du livre 100 ans/LA VIE DE LA COMMUNAUTE 1

Extrait du livre 100 ans/LA VIE DE LA COMMUNAUTE Une communauté riche en traditions I.    Le Têt Nguyên Đán traditionnel :

Une communauté riche en traditions

Il est probable que, de par le monde, la France est le pays qui a une communauté d’immigrants vietnamiens la plus ancienne avec un nombre en augmentation constante depuis le début du 20ème siècle. Après 1975 ce nombre a augmenté de manière significative et compte actuellement environ 350 000 membres, issus de plusieurs générations, vivant et travaillant dans plusieurs régions réparties dans toute la France.

Avec ses 100 ans d’existence et de développement, sous de multiples noms, l’Union Générale des Vietnamiens de France ( UGVF- Hội người Việt Nam tại Pháp) est toujours orientée vers la communauté vietnamienne et a toujours oeuvré pour que chacun, vivant loin du pays, soit fier de ses origines et partage les valeurs morales d’entraide et de solidarité. L’UGVF œuvre aussi pour que la communauté soit le soutien dans l’intégration dans la vie quotidienne, la culture, le respect des lois du pays d’accueil, et aussi en même temps pour développer les valeurs propres de la culture vietnamienne en s’y référant sans cesse ; l’UGVF contribue ainsi activement au processus de défense et de construction du pays.

L’histoire de la communauté vietnamienne en France n’a pas commencé par l’arrivée de commerçants ou de missionnaires, ; elle n’a pas non plus pris racine suite aux opérations d’exportation volontaire de main d’œuvre comme ce qui s’est passé pour certaines communautés d’Europe Orientale ; elle vient plutôt à travers des idéaux, des préoccupations et inquiétudes pour le pays.

Cumulant plusieurs décennies d’efforts, d’études, de labeur et d’esprit créateur, la communauté vietnamienne en France s’est constituée des potentiels appréciables de savoir-faire, de compétences économiques. Sont chaque jour plus nombreux des membres de la communauté qui réussissent dans les domaines scientifiques, technologiques, culturels, littéraires et sociaux en France, et qui oeuvrent pour le développement du Viet Nam.

De plus en plus d’intellectuels vietnamiens en France reviennent au pays participer aux programmes de coopération franco-vietnamienne, aux programmes d’enseignement direct aux étudiants du pays, aux programmes de recherches, de transferts technologiques. D’autres se constituent en pont d’atterrissage pour apporter des projets, du soutien financier à des programmes de valeur pour le pays.

De nombreux Vietnamiens de France se sont illustrés dans de nombreux domaines et professions, des sciences à la musique, en passant par le cinéma, la littérature, le stylisme ou les affaires, etc… La plupart travaillent dans des entreprises publiques ou ont leur propre magasin centré surtout dans le 13ème arrondissement de Paris et aussi éparpillé dans d’autres villes de France. Il y en a aussi qui travaillent dans les universités, les centres de recherche ou dans les domaines de la culture et de l’art, etc…Certains assument des responsabilités majeures dans des entreprises privées, dans l’appareil administratif et dans diverses institutions scientifiques françaises.

Quoique vivant loin du pays, les enfants du Viet Nam ont toujours l’esprit tourné vers leur origine et n’oublient pas les aspects culturels traditionnels propres au pays. Ceci se traduit dans des activités telles que :

  • Organisation du Têt
  • Camps de vacances d’été
  • Activités, école pour enfants
  • Activités sportives
  • Commerce
  • Activités de conseil
  • Participation à la construction de la Pagode
  • Activités caractéristiques de la 2e génération.

 La deuxième partie de ce chapitre va présenter ces activités, en deux parties : la partie A en vietnamien, la partie B en français.

A Le mouvement des vietnamiens construit la vie de la communauté :

I.    Le Têt Nguyên Đán traditionnel :

Le Tết Nguyên Đán est la fête importante de début d’année lunaire et a une signification primordiale au Viêt Nam ; c’est pour cette raison que l’UGVF organise chaque année à l’occasion du Têt, au retour du printemps, une soirée festive pleine d’animation et d’émotions. Le Têt est non seulement une tradition annuelle, mais de surcroît est l’activité principale du Mouvement et est transmis de génération en génération de manière naturelle, réaliste et en profondeur. Le Têt est aussi le modèle d’organisation pour les autres activités de l’UGVF, faisant naître toute une série d’idées créatrices, subtiles et imprégnées d’esprit vietnamien.

Entre 1919 et les années 1940, quelques fêtes du Têt disparates ont été organisées et ont été le fait d’initiative personnelle ou de groupe isolé.

Durant la 2e moitié du 20e siècle, chaque année L’UGVF concentre ses efforts aux environs de Noël pour la préparation du Têt, laissant de mémorables et durables souvenirs. Presque tous les membres de l’UGVF participent à l’organisation du Têt, de l’ouvrier, commerçant, intellectuel à l’étudiant et lycéen… Nombreux sont ceux qui prennent 3-4 jours de congé pour participer à cette organisation car, à cette époque, les membres de l’UGVF ainsi que leur famille accueillent le Têt principalement au sein de l’UGVF et n’organisent que rarement la fête en famille. Certains ne dorment même pas les deux derniers jours pour préparer la fête.

Avant 1975, alors que le pays était en pleine guerre, le Têt Nguyên Dan est aussi l’occasion pour les membres de la communauté d’exprimer leur attitude politique contre la guerre d’agression, à travers des activités artistiques, des actions de solidarité avec le peuple vietnamien, à travers des contributions matérielles et morales. En 1973, une semaine à peine après la signature des Accords de Paris historiques, les Vietnamiens de France accueillent dans la joie et la satisfaction le Têt Quý Sửu (Année du Buffle), le têt de la victoire, le têt de la paix retrouvée, avec des activités inoubliables. La nuit du Têt de la Paix a été organisée par l’association Liên hiệp Việt kiều tại Pháp – prédécesseur de l’UGVF actuel – le 03/02/1973 au palais de la Mutualité (Paris) rempli à craquer. Ces images et ces souvenirs sont profondément gravés dans l’esprit de chaque membre non seulement à cette occasion mais aussi pour toujours, surtout quand vient le Têt.

Danse des licornes à la fête du têt au palais de la Mutualité de 1972

Outre la signification politique, le Têt est aussi l’occasion de promouvoir la culture vietnamienne auprès du grand public qui apprécie les thèmes artistiques qui permettent de découvrir les traditions, le pays et le peuple vietnamien.

Les organisateurs ainsi que les acteurs sont des amateurs mais de fait, leur esprit de responsabilité joint aux expériences cumulées et à l’ardent plaisir de participer font que la partie artistique de ces Têt atteint un niveau professionnel durant des décennies jusqu’à ce jour. En matière de sonorisation, de lumière, de décoration, de costumes, etc., l’UGVF réussit à rassembler des personnes compétentes dans l’utilisation des matériels assez modernes ; ces personnes sont formées en France et travaillent dans de grandes compagnies françaises. Les membres de l’UGVF sont capables pour réaliser tout ce qu’on leur demande, par exemple, agrandir la scène, confectionner les costumes ou se maquiller… De façon générale l’UGVF a réuni des personnes qui ont de bonnes compétences, et dotées en plus du volontariat, de l’enthousiasme, de l’esprit de services, elles ont donc réalisé des programmes artistiques assez grandioses, riches qui ont un grand retentissement. Les participants artistiques sont nombreux, certaines années la chorale compte jusqu’à 80 membres.

De 1954 à 1975 nos compatriotes n’ont pas encore la possibilité de rentrer au Viêt Nam pour y fêter le Têt, c’est pourquoi le programme artistique des Têt de ces années les aident à accéder à la culture vietnamienne, c’est aussi l’occasion de se rencontrer, de s’échanger sur la situation du pays et de remémorer les œuvres et les mérites des ancêtres.

En 1975 après la réunification complète du pays, le mouvement Viêt kiêu est réuni sous un même toit, officiellement nommé l’Union Générale des Vietnamiens de France (UGVF). Depuis, l’UGVF n’a cessé d’organiser des activités à l’occasion du Têt, en se concentrant sur l’aide à la reconstruction du pays après la guerre. Ces dernières années, l’UGVF s’associe à l’Union des Etudiants Vietnamiens en France (UEVF) et à l’Union des Jeunes Vietnamiens en France (UJVF)  pour organiser une soirée de réveillon significative, chaleureuse, pleine de joie, pour que des générations futures vivant en France soient unies et de plus en plus attachées à leur pays d’origine.  Ces actions développent le volontariat d’assistance aux régions atteintes de fléau naturel, aux enfants pauvres ou aux pêcheurs qui rencontrent des difficultés. . . Nombreux sont des programmes caractéristiques pour accueillir le nouveau printemps avec la participation active des différentes générations, spécialement des enfants. Les costumes traditionnels nationaux, les mélodies des chansons populaires imprégnées de caractère national, les chansons en vietnamien, contribuent à développer chez ces enfants les connaissances sur le pays, sur le peuple, sur leurs origines.

A partir de 1982, grâce à l’initiative et à l’action de la 2e génération née en France, le Têt associe les traits traditionnels et les traits occidentaux contemporains. Les numéros montés expriment une spécificité d’intégration créatrice. C’est une inspiration créée à partir de cultures différenciées du monde, traditionnelles et contemporaines, et qui demande que celle du Viêtnam imprime bien le sceau de son époque.

A partir de l’an 2000, le Têt prend encore plus d’ampleur et de variété. Le Têt n’est plus seulement l’occasion de rencontrer des Vietnamiens et des Français d’origine vietnamienne, mais est aussi un évènement culturel de la communauté vietnamienne et du public français. Avec l’activité du Têt, l’UGVF non seulement fait la promotion culturelle et artistique, mais en plus maintient la présence du Viêt Nam en France, à Paris en particulier, durant les années de transition de 1954 à 1960. Cet aspect de l’action du Têt perdure jusqu’à ce jour.

En dehors du Têt Nguyên Đán, chaque année l’UGVF organise aussi la fête de mi-automne pour les enfants, fête qui est organisée au Vietnam autour du 15 du 8ème mois du calendrier lunaire. C’est un jour de rencontre animé dans l’esprit et l’environnement de la fête de mi-automne. Les parents achètent des cadeaux pour les enfants, tandis que ceux-ci s’éclatent et chantent en vietnamien, avec des accents vietnamiens pas encore tout à fait convenables. Pour obtenir un programme qui se déroule correctement, les responsables UGVF de la section Thiếu Nhi doivent concevoir un scénario bien consciencieux.

A travers des décennies, le gala fait toujours partie du programme du Têt de la communauté vietnamienne et de l’UGVF, animé de la soirée jusqu’à minuit.

    

contactugvf@gmail.com

Review overview
NO COMMENTS

POST A COMMENT